Crédit photo :

Une double sortie musicale pour Lesley Ann Foster

| | ,

L’artiste Lesley Ann Foster, désormais installée à Montréal, dévoile deux nouvelles chansons en vue de son album complet de 2022, Damn Love et New Life.

La pandémie étant toujours près de la réalité des artistes, les deux singles se veulent un reflet des sentiments d’incertitude et d’espoir qui sont sortis de cette crise sanitaire, est-il indiqué par communiqué.

« Les textes portent en eux des histoires aux parcours sinueux, traçant un chemin des ténèbres vers la lumière. C’est la quintessence de sa musique: l’équilibre entre le bien et le mal, l’obscurité et la lumière, la misère et la gloire et l’éternelle lutte que représente la vie. »

Dans le calme, la sérénité et l’ambiance chaleureuse, la chanteuse transmet des émotions fortes dans la première pièce tout en gardant une douceur réconfortante, comme si l’auditeur pouvait vaguer entre les paroles et la musique. Toutefois, c’est l’état chaotique du moment qui est illustré, allant en contraste avec le rythme que l’artiste a créé.

« Damn Love est une chanson qui parle de ce qui va suivre, surtout si l’on considère ce que nous venons de vivre avec la pandémie. C’est un gros bordel, mais il y a tellement de foutu amour…. nous sommes très résistants, nous, les humains, et nous devons faire face à beaucoup… Qu’allons-nous faire de tout cela ? »

L. A. Foster par voie de communiqué

Non seulement la chanson elle-même se veut une ode à la nostalgie, se rappelant quelque peu la réalité d’avant-pandémie, mais le vidéoclip est littéralement un amalgame de moments à travers le monde, des bouts de souvenirs rassemblés dans une créativité hors du commun. Les formes, les effets et le montage vont dans la lignée de la pièce qui transporte dans une autre monde.

Pour New Life, celle qui suit après Damn Love, on sent une pièce plus rythmée avec un brin d’espoir qui se traduit par la voix de la chanteuse et la musique. Se relever d’un passage plus difficile, un trou noir, c’est ce qu’est le message. Par communiqué, on dit qu’elle aborde « la dépendance et l’obscurité qu’elle entraîne, mais aussi les possibilités qu’elle offre. »

« Il s’agit de naviguer dans ce voyage et questionner si l’amour est possible tout en négociant ces facteurs. Ultimement, c’est dans l’adversité qu’il faut faire face à l’obscurité pour créer une nouvelle vie. »

Par communiqué

Ayant voyagé à travers plusieurs pays avant de débuter son projet d’artiste L.A. Foster, c’est après un évènement artistique de Mexico City qu’elle a officiellement débuté sa carrière. Originaire d’Edmonton, c’est maintenant à Montréal qu’elle est ancrée pour se développer en tant que créatrice.

Rosie St-André

Passionnée par l’écriture et la lecture depuis son jeune âge, Rosie a un amour inconditionnel pour la langue française et la culture québécoise. Finissante en journalisme en ATM, elle croit important de soutenir les artistes d’ici en leur donnant une voix au sein des différents médias afin de promouvoir le talent de la province

Précédent

« Le purgatoire des intimes » : valser brillamment avec les limites de l’acceptable

Étienne Coppée en première partie d’Original Gros Bonnet

Suivant