Crédit photo : Sin and Swoon

Inspiration PC : dénoncer la crise du logement en chanson avec Sin and Swoon

| | ,

En décembre 2019, quelques jours seulement avant Noël, Mike O’Brien et Michelle Tompkins ont été évincés de leur logement avec leur fils de trois ans. « Quand on vit comme on peut » se veut une chanson de protestation contre la crise du logement qui a forcé la jeune famille à quitter leur foyer et leur quartier.

D’un ton joyeux et accrocheur, la chanson country-folk du duo Sin and Swoon est pourtant conductrice d’un message lourd de sens. Avec ce nouvel extrait, Mike O’Brien et Michelle Tompkins souhaitent sensibiliser les Québécois(e)s à la réalité des locataires en pleine crise du logement.

Mike O’Brien et Michelle Tompkins (Sin and Swoon) © James Andrew Rosen

L’art comme dernier recours

Évincés de leur logement quelques jours avant Noël 2019, Mike O’Brien et Michelle Tompkins ont eu beaucoup de mal à quitter leur charmant appartement du quartier Rosemont Petite Patrie à Montréal. Très vite, ils ont réalisé qu’ils n’allaient pas seulement devoir abandonner le logis qui avait vu grandir leurs fils, mais aussi le quartier qu’ils aimaient tant. La raison ? La hausse des loyers avoisinants.

« Une semaine avant Noël, on nous donne des papiers.
On reprend votre logement, c’est ici qu’faut signer.
Notre p’tit gars de trois ans leur fait signe de rentrer
Venez voir notre sapin, les lumières sont allumées »

« Quand on vit comme on peut », Sin and Swoon

Le couple s’est tourné vers l’art après avoir épuisé les recours possibles ; ainsi est né « Quand on vit comme on peut », une forme de protestation contre la crise du logement actuelle. Les deux musiciens désirent utiliser leurs voix pour dénoncer cet enjeu qui prend maintenant place partout au Québec sous les yeux des politiciens qui ne font rien.

Cri du coeur sur fond jovial

« Mais y’a que’que chose qui m’dit
Que tassés trop loin
On aura pu ben l’choix
De reprendre tout ce qu’on a de besoin »

« Quand on vit comme on peut », Sin and Swoon

Tout au long de la chanson, Mike O’Brien raconte l’histoire de son éviction, accompagné de temps à autre par Michelle Tompkins aux harmonies. La musique, plutôt joyeuse, vient contraster les paroles lourdes en émotions de la chanson. Les paroles alternent entre un sentiment d’impuissance, de désespoir et un sentiment plutôt optimiste, tourné vers l’avenir. On fait usage d’un « nous collectif ». Finalement, Sin and Swoon ont espoir que cette chanson sensibilisera les gens et permettra de changer un peu les choses.


Chaque semaine, une personnalité du milieu culturel québécois se voit attribuer le titre d’Inspiration PC. Le but ? Souligner les gestes inspirants des artistes d’ici.

Audrey Robitaille

Amoureuse des mots depuis toujours, Audrey étudie présentement le journalisme à l’UQAM. Passionnée d’écriture, de théâtre et de tout ce qu’elle entreprend, elle souhaite partager son amour de la culture québécoise.

Précédent

Un sentiment de liberté pour le premier album d’Apophis

Découverte PC : du talent à revendre pour Maude Audet

Suivant