Crédit photo :

Catherine Girard-Audet lance le 14e tome de La vie compliquée de Léa Olivier

| | ,

L’autrice Catherine Girard-Audet lance le 14e tome de la série La vie compliquée de Léa Olivier, La rentrée, alors que la protagoniste fait son entrée au cégep après avoir vécu la pandémie. En entrevue avec Projection · Culturel, l’autrice explique que c’était important pour elle de transpercer cette réalité.

Lors du dernier tome, le personnage principal en était à la fin de son secondaire, au même moment où le virus mondial a frappé au Québec. « Ça ne m’apparaissait pas réaliste qu’elle ne le vive pas, surtout qu’elle s’apprêtait à vivre son bal de finissant. […] Il y a tellement de jeunes qui étaient privés de ce rite de passage-là, qui devaient le vivre en virtuel. J’ai comme été solidaire avec eux », d’émettre celle qui a su toucher plus d’une génération avec ces livres.

© Courtoisie

Après avoir vécu l’été, c’est à quelques jours de la rentrée au cégep qu’on la retrouve dans le tome qui se trouve en librairies depuis jeudi. Un grand pas pour la jeune femme qui se retrouve de plus en plus dans le monde adulte.

« C’est inspiré, encore une fois, un peu de ce que j’ai vécu, surtout le début du cégep. Je pense que ça a été ça, ma crise d’adolescence. Comme Léa, j’avais 17 ans, j’avais un pied dans l’adolescence, un dans le monde adulte. On gagne énormément d’autonomie, mais en même temps on est encore dépendants de nos parents », a expliqué Catherine, en mentionnant qu’elle vivra aussi des changements dans ses relations.

La meilleure amie de Léa, Marilou, se retrouvera quant à elle en résidence pour les études, vivant ainsi le déracinement que la protagoniste avait vécu au secondaire. Malgré que le lancement se fasse différemment en raison de la situation actuelle, l’autrice est satisfaite de la tournure de la chose.

« Au moins, c’est l’été, donc ça me permet de me déplacer un peu plus dans les libraires. Je trouve ça le fun de le sortir le 5 août, c’est sûr que ça tombe bien avec le 12 août qui est la journée ‘’ Acheter un livre québécois ‘’, mais aussi avec le titre qui est La rentrée et je sais qu’il y a beaucoup de jeunes qui s’apprêtent à la vivre. »

Déjà dix ans

De lancer cette suite à l’histoire du personnage qui vit depuis pratiquement dix ans, c’est incroyable pour l’autrice. Des romans, des bandes dessinées et une série télévisée, Léa Olivier n’a pas manqué de se faire manier dans tous les médiums artistiques.

« Il y a un côté où j’ai l’impression qu’il y a 30 ans qui se sont passés tellement il y a de choses qui ont déboulé avec Léa. Un autre où j’ai l’impression qu’il y a deux minutes qui se sont passées. Je n’en reviens que ça fasse déjà dix ans. […] Je réalise que j’ai beaucoup de chance d’avoir vécu toutes ces choses-là », a confié celle qui réussit toujours à attirer un grand lectorat.

Catherine Girard-Audet en entrevue avec Projection · Culturel

C’était un grand défi pour elle, en écrivant des romans pour adolescents, de transpercer à travers le temps, mais aujourd’hui, on peut voir qu’elle l’a accompli avec brio. Les lectrices se renouvellent sans cesse, permettant de garder en vie l’histoire et le personnage.

« On a été capables de prendre une autre vague de lectrices, donc ça me confirme que ce que Léa vit, c’est intemporel et universel », a soulevé celle qui prévoit d’ailleurs lancer le 15e tome à l’automne, juste à temps pour le Salon du livre de Montréal.

Elle a pu le réaliser en omettant de faire des références culturelles spécifiques ou de dire l’année durant laquelle le récit se déroule. Même si elle veut que les lectrices s’identifient à ce que Léa vit, elle tentait de ne pas trop faire allusion aux tendances du moment lorsqu’elle écrivait, permettant ainsi qu’aujourd’hui, les premiers romans soient encore à jour.

« Je me doutais que Taylor Swift allait encore être populaire dans dix ans, donc je me suis risquée à la nommer, a-t-elle confié en riant. […] Je ne veux pas trop que ça reste ancré dans le temps. Je me base beaucoup plus sur les émotions que Léa va vivre, sur les sentiments, sur les remises en question. »

Catherine Girard-Audet en entrevue avec Projection · Culturel

La majorité des adolescentes passent toutes par une quête identitaire, des problèmes d’estime de soi et des questionnements existentiels selon l’autrice, lui permettant de toucher toutes celles qui lisent les romans.

À travers toutes ces sorties, Catherine Girard-Audet réussit tout de même à se renouveler en tant qu’artiste, à travers des nouveaux personnages et l’évolution de Léa. « C’est devenu une partie de moi. Après dix ans le défi est de se dire comment j’ai envie de me renouveler, de me diversifier, tout en gardant Léa », a-t-elle conclu.


Pour la suite, la deuxième saison de la série télévisée vient de terminer son tournage, alors on peut s’attendre à une sortie en 2022 sur Club Illico. Le tome 15 devrait sortir en novembre, en plus de deux bandes dessinées vers l’automne ou l’hiver.

L’autrice prépare également le dixième anniversaire de Léa Olivier pour le printemps, en plus de vouloir retourner en Europe pour revoir ses lectrices de l’autre côté de l’océan après deux ans.

Rosie St-André

Passionnée par l’écriture et la lecture depuis son jeune âge, Rosie a un amour inconditionnel pour la langue française et la culture québécoise. Finissante en journalisme en ATM, elle croit important de soutenir les artistes d’ici en leur donnant une voix au sein des différents médias afin de promouvoir le talent de la province

Précédent

Vivre l’art différemment avec les Passages insolites

« Picasso. Figures » : la rencontre de l’art, du politique et de l’éthique

Suivant