Crédit photo : © Sasha-Onyshchenko / Festival des Arts de Saint-Sauveur

« Vivre l’envol » avec le Festival des Arts de Saint-Sauveur

| | ,

Le Festival des Arts de Saint-Sauveur célèbre son 30e anniversaire avec une programmation riche et dynamique qui sera inaugurée ce jeudi 29 juillet.

Fondé il y a près de 30 ans, le FASS fait rayonner des chorégraphes, danseurs et musiciens ainsi que des réalisateurs d’ici et d’ailleurs, qui viennent chaque été à la rencontre du public québécois à Saint-Sauveur, dans les Laurentides. Après avoir dû se convertir au virtuel en 2020, le festival est de retour cette année avec de nombreux événements offerts sur son site, quoiqu’il conserve un volet numérique très prometteur.

L’édition 2021 sera officiellement lancée jeudi lors d’une soirée soulignant également son 30e anniversaire au Grand chapiteau du FASS, à Saint-Sauveur. Plusieurs danseurs des Grands Ballets Canadiens et du Ballet national du Canada y interpréteront en solo et en duo des chorégraphies issues des répertoires classique, néoclassique et contemporain.

Du 29 juillet au 8 août, six autres spectacles auront lieu sous le chapiteau du festival : vendredi, le talentueux chorégraphe Jera Wolfe présentera en primeur deux de ses créations, ainsi que Begin Again, une chorégraphie captivante créée cette année qui porte sur ce qui parvient à nous relier, même en temps de distanciation physique. Samedi, ce sera au tour de la Compagnie Marie Chouinard de présenter Radicale Vitalité, une rafale de 16 miniatures dansées créées ou revisitées pour l’occasion. Dimanche, les danseurs Zhenya Cerneacov et Evelyn Hart de Citadel + Compagnie se produiront sur la même scène dans une chorégraphie de James Kudelka qui porte sur le passage du temps dans le contexte d’un amour vécu à long terme. 

Ensuite, du 4 au 6 août, le public pourra assister à + (dix), la nouvelle création du danseur et chorégraphe Guillaume Côté qui s’inspire de l’odyssée d’Ulysse et de sa quête, à la fois extérieure et intérieure. Le festival se termine ensuite avec un concert d’Angèle Dubeau et La Pietà, qui présenteront le 7 août le 45e album de la violoniste, Immersion, et un spectacle des Grands Ballets Canadiens, qui mêlera ballet classique et danse contemporaine le 8 août.

Les œuvres virtuelles présentées par le festival sont tout aussi intrigantes : dès le 29 juillet, il mettra en ligne quatre courts métrages réalisés par Ben Shirinian et qui mettront en lumière quatre duos mêlant danse et une autre discipline. Ainsi, le contre-ténor Daniel Taylor se produira avec Andrea Peña, l’écrivaine et poétesse Natasha Kanapé Fontaine avec Jera Wolfe, Yannick Nézet-Séguin et les musiciens de l’Orchestre Métropolitain avec Guillaume Côté et le Jireh Gospel Choir avec Frédérick Gravel, formant ainsi quatre « tandems » des plus intéressants. De plus, le festival a organisé cette année un festival international de courts métrages de danse, dont les gagnants seront présentés le 1er août à 21 h 15 dans la cour de l’École Marie-Rose, toujours à Saint-Sauveur, puis sur le site du festival dès le lendemain.

Cette année, le FASS organise même des activités gratuites hors de l’ordinaire telles que la projection de films de danse à la belle étoile, une compétition de danse urbaine (break dance et popping) et des parcours balisés en forêt ponctués de courtes performances de danse et de musique. Bref, tous les éléments sont réunis pour une 30e édition fascinante et enrichissante, particulièrement bienvenue dans un contexte pandémique éprouvant pour le monde des arts vivants. La programmation détaillée ainsi que plusieurs billets sont toujours disponibles sur le site du festival!

Marguerite Setrakian
Précédent

Pour l’amour de la culture | Sur les traces d’un tueur en série

David Goudreault mettra fin à sa tournée en 2021

Suivant