Crédit photo :

Un spectacle sur l’eau et un documentaire pour Laurence St-Martin

| | ,

Un spectacle sur l’eau en plein milieu des îles de Saint-Ignace-de-Loyola? C’est ce que l’autrice-compositrice-interprète Laurence St-Martin va réaliser samedi, alors qu’elle retourne dans son coin de pays pour interpréter les chansons de son nouvel album, Prendre le temps.

Deux autres artistes feront également partie de ce spectacle nommé Le Grand déconfinement, soit Véronique Labbé et Francis Degrandpré, tous deux ayant un style country, mais quelque peu différents. L’élaboration de ce spectacle s’échelonne depuis le premier confinement, pendant lequel l’idée est arrivée.

«On était tous un peu démotivés, on se demandait ce qui se passait, les règlements changeaient tous les jours, donc on a comme laissé tomber ce projet-là. […] Quand il y a eu l’annonce officielle du gouvernement en mai avec le plan de déconfinement, on s’est dit, ‘’Let’s go, on le fait’’.»

Laurence St-Martin en entrevue avec Projection · Culturel

C’est donc en moins de deux mois que l’équipe a mis le projet sur pied, mettant en place une scène flottante de 50 pieds, invitant les gens à assister au spectacle avec l’embarcation de leur choix : bateau, chaloupe ou canots. Réaliser un tel évènement n’est pas chose facile selon la chanteuse, qui avoue que beaucoup de travail et d’argent se trouvent derrière cet aboutissement.

«Un coup que tout est pensé, ce n’est pas si pire, parce qu’on s’enlève une grande part de responsabilité puisque c’est sur l’eau. On ne peut pas charger les billets, c’est gratuit, ouvert à tout le monde. La plus grosse job, c’est vraiment la technique et de trouver les commanditaires, parce que l’évènement ne survit que par eux», a expliqué l’artiste.

Il s’agit de la première édition du spectacle, mais l’idée n’est pas écartée de récidiver l’an prochain, selon les propos de Laurence St-Martin. «L’année prochaine, on va peut-être pouvoir évoluer le setup et permettre aux gens qui n’ont pas de bateau de l’écouter sur la berge», a-t-elle soulevé.

Ce qui est souhaité pour celui de samedi, qui sera facilement accessible par les berges de la pourvoirie Roger Gladu, c’est une température clémente, puisqu’avec la pluie, il ne pourrait avoir lieu. D’ailleurs, Laurence s’attend à ce que beaucoup de gens soient présents.

«Les trois chanteurs, on a l’impression qu’il va avoir beaucoup de monde par rapport aux retours qu’on reçoit. Surtout les gens des îles, c’est une petite place, ça se parle beaucoup», a-t-elle ajouté.

Un deuxième album qui fait du chemin

Malgré la fierté incessante de l’artiste pour son album, la sortie du 12 mars dernier qui s’est faite dans un contexte pandémique a eu des répercussions sur le moral de la chanteuse. «J’ai mis beaucoup de temps là-dedans, donc quand c’est sorti en mars, j’ai eu petit down COVID que je n’avais pas encore eu. Je me suis rendu compte que je venais de sortir un album en pandémie. […] Nous, les artistes on se promène en radio, on va faire des entrevues, on fait des spectacles, alors que là, ce n’était que des commentaires sur Facebook.»

Toutefois, cette passe n’a pas eu d’impacts majeurs puisqu’elle soutient que l’album a été bien reçu du public. Aujourd’hui, la promotion bat son plein et les spectacles reprennent petit à petit. «Le plus beau s’en vient honnêtement. L’important, c’est que j’aime mon album et que j’en suis fière. Le reste, je vais y aller un jour à la fois», a-t-elle rapporté.

Avec cette sortie, un lancement-documentaire a même été diffusé en ligne, présentant le processus derrière la création de l’album. Il est d’ailleurs désormais disponible gratuitement sur sa page Facebook depuis environ deux semaines.

«Je pense que les gens, ce qu’ils aiment, c’est le côté très accessible de ma personne. Je suis très naturelle et très moi, donc je me suis dit je vais les amener dans ma bulle de Laurence vraiment plus intime et qu’ils voient tout le processus de création et tout le travail qu’on met derrière une chanson.»

Laurence St-Martin en entrevue avec Projection · Culturel

Pour elle, c’était touchant de voir le résultat final du montage avec les images et la musique. Au début du documentaire, elle confie d’ailleurs avoir eu de la difficulté à débuter l’écriture de l’album, comme quoi elle se sentait un peu perdue.

«Quand j’ai terminé mon premier album, j’ai manqué d’inspiration. Puis là, je viens de finir mon deuxième et je n’ai pas écrit depuis janvier. Tu mets toute ta création dans un produit, et après, pour ma part, je suis saturée. Après le premier, qui a eu un certain succès, on dirait que je ne savais plus quoi dire ni quoi faire. Je ne suis pas très vieille et c’est comme si j’avais fait le tour», a fait savoir la jeune femme.

Malgré tout, elle adore toutes les chansons qui s’y retrouvent. C’est après l’écriture de Si jamais, le premier single de l’album, que tout s’est enchaîné. Même si l’inspiration n’est peut-être pas de retour encore, Laurence St-Martin souhaite faire un troisième album d’ici un an et demi. Elle se laisse guider par ce qui s’en vient et a bien hâte de retrouver la scène le plus possible.


Elle qui est très active sur les réseaux sociaux, il est possible de la suivre sur Facebook et Instagram.

1, 'include' => $prevPost->ID ); $prevPost = get_posts($args); foreach ($prevPost as $post) { setup_postdata($post); ?>
Précédent

1, 'include' => $nextPost->ID ); $nextPost = get_posts($args); foreach ($nextPost as $post) { setup_postdata($post); ?>

Suivant