Crédit photo :

Pour l’amour de la culture | Sur les traces d’un tueur en série

| | ,

William Fyfe est le pire tueur en série connu au Québec. Peut-être qu’il a commis d’autres meurtres ou encore, qu’il n’était pas le seul. À vous de le découvrir grâce à notre recommandation de la semaine : Sur les traces d’un tueur en série.

Sur les traces d’un tueur en série est une série documentaire québécoise de deux saisons produite et développée par Attraction Images.

Sortie en 2020, la série revisite des dossiers de meurtres de femmes irrésolus datant des années 1970 à 1985 ayant comme théorie que certains de ces cas pourraient être ceux d’un ou de plusieurs tueurs en série. Spooky.

Une théorie est celle des tueurs en série, mais l’accent de la série n’y a pas vraiment porté attention. Ce sont les victimes qui sont plutôt au centre de la série, alors qu’on ne parle pas énormément des comportements des tueurs. On met beaucoup plus en lumière les victimes par le biais de leur famille et de leurs amis.

Le plus intéressant de cette série est que l’on suit Sophie Charest, journaliste à la recherche, Guillaume Louis, spécialiste en crime sériel, ainsi que Claude Sarrazin, enquêteur, qui effectuent la recherche, parlent avec les gens et regardent les preuves des dossiers. En fait, ils refont pratiquement les enquêtes.

La première saison contient huit épisodes d’environ 45 minutes chacun alors que la deuxième en contient six. Toutefois, l’énigme reste toujours. C’est à se demander s’il y en aura une troisième? Au moins, jusqu’à présent, ils ont réussi à faire revivre les victimes, d’une certaine façon.

Tous les épisodes sont disponibles sur Crave et la première saison est disponible sur Noovo.

Maggy McDonald

Passionnée par le cinéma, la littérature, la musique et les arts de la scène depuis un jeune âge, Maggy a terminé ses études collégiales en journalisme et est maintenant étudiante à l’Université Concordia. Elle souhaite partager son amour pour la culture québécoise.

Précédent

Pierre-Yves Roy-Desmarais aura son premier one-man show

« Vivre l’envol » avec le Festival des Arts de Saint-Sauveur

Suivant