Crédit photo : © Les Films Opale

Le guide de la famille parfaite : un appel à la réflexion

| | ,

Faire réfléchir, rire et pleurer en l’espace d’un film c’est ce que le réalisateur Ricardo Trogi et le scénariste Louis Morissette ont réussi à faire avec Le guide de la famille parfaite, sorti en salles le 14 juillet dernier.

D’une durée d’une heure et demie, l’oeuvre présente, dans une simplicité qui rejoint le grand public, la réalité des familles québécoises typiques dans toute sa splendeur. Les parents séparés et la reconstitution avec les enfants, ce qui se passe dans la tête d’un père et d’une mère, l’anxiété des plus jeunes, tout y est illustré pour engendrer une introspection chez plusieurs personnes.

Une mère keto, un enfant indiscipliné, un père en surcharge de travail et une ado anxieuse accro à son cellulaire, c’est le portrait global du ménage dans le film. Nul besoin de mentionner que ce mélange de personnalités crée assurément des flammèches, pour ne pas dire un incendie, littéralement.

Louis Morissette, qui a eu l’idée originale du film, a su transposer toutes les générations à travers cette comédie dramatique qui rejoint tout le monde. À travers l’humour, il a mis en lumière des enjeux de société actuels importants, tels que la santé mentale ainsi que la conciliation travail et famille.

Le plus important toutefois, et ce sur quoi l’histoire est centrée, est la pression subie par Rose, l’adolescente de 16 ans, de la part de son père, qui lui mène à vivre de l’anxiété de performance à l’école. On sait qu’aujourd’hui, il s’agit d’une issue importante chez plusieurs étudiants et elle a été amenée sans exagération, mettant en lumière cette souffrance souvent silencieuse.

Des sujets plus tabous, comme la drogue, le sexe et l’alcool sont aussi abordés, permettant de normaliser les conversations à leur propos qui sont souvent évitées dans les familles. Vraiment, des réflexions sont soulevées autant pour les parents que pour les enfants qui peuvent faire des réalisations à la suite du visionnement.

De l’introspection pour tous

Au courant du film, on se rend compte que la protagoniste, qui est en secondaire 4, éprouve de plus en plus de difficultés, sans que son père ni sa mère ne la prennent vraiment au sérieux, démontrant que souvent, en tant que parents, on ne se rend pas compte de l’ampleur de ce que vivent les enfants.

À travers cette anxiété, on suit également le père, Martin, joué par Louis Morissette, qui doit concilier le travail et la vie de famille, ce qui s’avère être un échec à plusieurs égards. En plus de sa fille de 16 ans, il vit avec le fils de sa conjointe, Mathis, qui éprouve des difficultés d’apprentissage, qui ne fait qu’à sa tête. Il tire du jus, c’est le moins qu’on puisse dire.

Dans tout cet amalgame de conflits, de réconciliation, de pleurs, de frustration, de joie et d’amour, on découvre des personnages sensibles en-dessous d’une carapace difficile à fracasser. L’évolution du début à la fin, les essais, les erreurs, les défis ont su solidifier cette famille qui avait besoin de se reconstruire. On rencontre un père égocentrique au début, pour finalement en voir un qui essaie de changer pour le mieux pour sa fille et sa compagne.

Outre les rôles qui ont été joués à merveille par Louis Morissette et Émilie Bierre, la musique dans ce long métrage est à souligner. Rien de moins que Post Malone et Billie Eilish font partie de la bande sonore, mettant l’ambiance dans la salle, ou dans la voiture au cinéparc c’est selon, et rapprochant davantage le public jeunesse de cette production haute en couleur et en émotion.

Assurément, à travers toutes ces scènes loufoques et émouvantes, les discussions vont s’ouvrir au sein des familles québécoises et pour le mieux. Comme à leur habitude, Louis Morissette et Ricardo Trogi ont livré une oeuvre touchante dans tous les sens à l’image de ce qu’ils savent faire.

Rosie St-André

Passionnée par l’écriture et la lecture depuis son jeune âge, Rosie a un amour inconditionnel pour la langue française et la culture québécoise. Finissante en journalisme en ATM, elle croit important de soutenir les artistes d’ici en leur donnant une voix au sein des différents médias afin de promouvoir le talent de la province

Précédent

Les imposteurs : un retour à la télévision pour Rachid Badouri

Juste un soir : un spectacle à couper le souffle

Suivant