Crédit photo : Historia

25 ans après : le déluge du Saguenay présenté en documentaire

| | ,

En juillet 1996, la vie de plusieurs milliers de personnes a basculé d’un coup alors qu’un déluge a inondé plusieurs régions du Saguenay, laissant 10 morts dans son sillage. Vingt-cinq ans plus tard, Michel Barrette revient sur les lieux du drame le temps d’un documentaire afin de se remémorer les événements tragiques qui ont laissé des centaines de familles à la rue. Le déluge du Saguenay : une tragédie humaine sera diffusé le samedi 17 juillet prochain dès 21h sur Historia.

Accompagné de son équipe de tournage majoritairement composée de « Bleuets » (le surnom donné aux habitants du Saguenay-Lac-Saint-Jean), Michel Barrette s’est rendu dans sa région natale au printemps dernier afin de filmer un documentaire sur le déluge qui a ébranlé la région 25 ans plus tôt. La plupart des membres de l’équipe connaissent quelqu’un qui a subi le déluge, comme une cousine ou un ami. Ce sont tous des connaisseurs de la région ; ils pourraient retrouver leur chemin les yeux fermés.

Produit par Zone3 et réalisé par Pierre Gagnon, ce documentaire est l’occasion de replonger dans une partie plus sombre de notre histoire et de se remémorer. Comme l’a dit Michel Barrette lors de son entrevue avec le Journal de Montréal, « c’est un devoir de mémoire ». Ceux qui n’ont pas vécu à l’époque de la tragédie ne peuvent pas vraiment comprendre ce qui s’est passé à l’époque. Pour moi, ce documentaire, c’est aussi la chance d’éduquer les jeunes générations sur les événements dramatiques qui se sont déroulés en juillet 1996.

« Le déluge, c’est un événement qui a été marquant dans ma vie. J’en ai la chair de poule quand j’en parle. J’ai été touché de près, car c’est ma région, mais je l’ai été encore davantage 25 ans plus tard en allant à la rencontre des gens qui l’ont vécu, qui ont souffert et qui ont travaillé à la relève. C’est un drame humain, mais j’ai vu toute la résilience et la force d’un peuple. Lors du tournage du documentaire, j’ai aussi pu constater les cicatrices laissées par les inondations. Il y a des traces encore visibles même aujourd’hui », a raconté Michel Barrette, selon NéoMédia.

© Jacques Boissinot / La Presse Canadienne

Ce qui ne s’oublie pas

Il est difficile d’oublier une tragédie de cette ampleur, même 25 ans après. Ce n’est pas seulement une maison que les habitants du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont laissée derrière eux cette année-là, mais des centaines de souvenirs, de photos et d’objets qui avaient une grande valeur sentimentale à leurs yeux. C’est extrêmement douloureux, peu importe combien de temps a passé depuis.

« Tout le monde a son souvenir et son histoire du déluge, a déclaré Louis Lemieux, journaliste qui participe au documentaire, lors de son passage à Bien entendu, un balado de Radio-Canada. Même sans n’y avoir jamais mis les pieds ! Parce qu’ils ont vécu des choses à distance, par procuration. »

D’ailleurs, Michel Barrette a pu faire un tour d’hélicoptère au-dessus du Saguenay lors de son séjour dans la région. Dans les airs, il est possible de voir les cicatrices que le déluge a laissées dans son sillage, même si tout a été reconstruit depuis juillet 1996. « J’avais la chance de me faire décrire ce que je voyais par les pilotes et par le colonel qui était là en 1996 pour secourir les gens, a avoué Michel Barrette en entrevue avec Le Quotidien. Il a volé pendant 10 heures consécutives, pour aider la population. C’est un événement qui a été marquant dans ma vie. »

« Le déluge, ça m’habite profondément. Je suis entré dans la Petite Maison Blanche alors qu’il y avait une tasse à café sur la table et six pouces de terre sur le plancher. Ça laisse des cicatrices. Il y a des traces encore visibles après 25 ans, comme on peut le voir ici, en bas, sur le mur de l’Hôtel du Parc, qui montre jusqu’où le niveau de l’eau a monté », a confié l’humoriste et animateur de 63 ans lors de cette même entrevue.

Les voix de la tragédie humaine

Dans le documentaire, plusieurs sinistrés du déluge témoignent de leur histoire alors qu’ils étaient plongés au coeur du désastre à l’époque. On y retrouvera entre autres le journaliste Louis Lemieux, le ministre des Transports de l’époque, Jacques Brassard, l’ex-maire de Chicoutimi, Jean Tremblay, la directrice générale du musée du Fjord, Guylaine Simard, et deux membres des Forces armées canadiennes. En tout, près d’une vingtaine d’invités témoigneront de leur vécu dans Le déluge du Saguenay : une tragédie humaine.

Michel Barrette a particulièrement été touché par le témoignage de Jason Paquet-Garceau, frère des deux enfants décédés dans le secteur La Baie, au Saguenay. Un matin, alors que la pluie s’abattait sur la région, un glissement de terrain a englouti la résidence familiale, enterrant les deux enfants sur son passage. «  J’ai appris à vivre avec la souffrance, mais pour mes parents, c’était plus difficile », confie Jason dans le documentaire.

Selon Pierre Gagnon et son équipe, il n’a pas été trop dur de trouver des survivants pour participer au documentaire. Après 25 ans, les gens veulent toujours s’exprimer. Ils ont tous une histoire à raconter.


Le déluge du Saguenay : une tragédie humaine sera diffusé le samedi 17 juillet prochain à 21h sur les ondes d’Historia.

1, 'include' => $prevPost->ID ); $prevPost = get_posts($args); foreach ($prevPost as $post) { setup_postdata($post); ?>
Précédent

1, 'include' => $nextPost->ID ); $nextPost = get_posts($args); foreach ($nextPost as $post) { setup_postdata($post); ?>

Suivant