Crédit photo : © Carole Méthot / Courtoisie

Safia Nolin fait un retour avec son nouvel extrait « Rue de l’ours »

| | ,

Après deux ans sans chanson originale, l’autrice-compositrice-interprète Safia Nolin n’a pas fait les choses à moitié en lançant deux versions de son nouvel extrait « Rue de l’ours », disponibles sur toutes les plateformes dès maintenant.

La « version wack » et la « version du dimanche », réalisées en collaboration avec Félix Petit, présentent deux tonalités différentes, deux styles différents, mais qui ne manquent pas de toucher l’auditeur dans les deux cas. Pour chacune d’elles, une vidéo faite par l’artiste de ses propres mains a été réalisée.

« J’avais pas du tout envie de choisir entre les deux pis j’ai pas envie de choisir pour le monde non plus. Faque j’ai décidé d’en faire deux versions; le best of both world comme Hannah Montana, quoi. »

Safia Nolin, par communiqué

Il est également indiqué que « les deux versions de la chanson reflètent la dualité qui habite l’autrice-compositrice-interprète ». On est donc littéralement plongés dans l’univers de Safia à travers ces deux interprétations.

Un autre univers

La première, la « wack », en est une plus abstraite, plus funky, de laquelle on sent que le cadre original d’une chanson est moins respecté et c’est exactement ce que l’artiste a tenté de faire. Dans cette version, le piano est mis à l’évidence, tout en étant accompagné de sons et d’une musique qui sortent de l’ordinaire. Les arrangements sonores viennent toucher l’auditeur à des endroits auxquels il ne se serait peut-être pas attendu en écoutant une chanson de Safia.

« La version wack révèle une facette moins connue de Safia Nolin, qui s’intéresse aussi à la musique noise et aux arrangements plus atypiques. »

Par voie de communiqué

La chanteuse se laisse également plus aller dans sa voix, comme si elle était moins travaillée, mais au contraire, on sent que tout est pensé à la seconde près. Le résultat final de tous ces détails donne une pièce à saveur unique, qui permet de s’évader dans un autre monde et de découvrir une nouvelle facette de l’artiste.

Une douceur réconfortante

La « version du dimanche » porte son nom à merveille, puisqu’elle rappelle davantage la douceur et la simplicité d’un dimanche tranquille, comme un certain retour aux sources. C’est plutôt la guitare acoustique qui est à l’avant-plan, et la voix de Safia est un peu plus aiguë, étant également plus présente que dans l’autre interprétation.

Empreinte d’espoir et de nostalgie, la « Rue de l’ours » du dimanche apaise celui ou celle qui l’écoute, que ce soit par un après-midi pluvieux ou ensoleillé. Même si elle rappelle un peu plus ce que l’artiste a fait par le passé, on peut lire par communiqué qu’elle « se démarque en ayant recours à une production plus lisse et à un saxophone éthéré, une première dans le répertoire de la chanteuse et guitariste. »

La période de l’adolescence

La chanson « Rue de l’ours » a d’abord été composée pour une série télévisée de Simon Boulerice, donnant ainsi la version originale, que Safia a décidé de retravailler pour en donner deux autres.

L’essence des paroles est d’ailleurs inspirée des difficultés rencontrées à l’adolescence, qui est « la période la plus ingrate de la vie » selon l’artiste. Tout a débuté alors qu’elle tentait de faire un feu en forêt et que l’inspiration lui est venue.


Pour retrouver Safia Nolin, il sera possible d’aller la voir en spectacle cet été, alors qu’elle foulera les planches des régions du Saguenay-Lac-Saint-Jean et de la Gaspésie. Pour toutes les informations, il est possible de consulter son site Internet.

Rosie St-André

Passionnée par l’écriture et la lecture depuis son jeune âge, Rosie a un amour inconditionnel pour la langue française et la culture québécoise. Finissante en journalisme en ATM, elle croit important de soutenir les artistes d’ici en leur donnant une voix au sein des différents médias afin de promouvoir le talent de la province

Précédent

Le TNM présente « Tout le monde est une vedette »

Une adaptation anglophone pour Entre deux draps

Suivant