Crédit photo :

Retour sur « Inside » de Bo Burnham

| | , , ,

L’humoriste américain reconnu pour ses interprétations musicales ainsi que son talent d’auteur a complètement repoussé les limites de la webdiffusion avec son spectacle « Inside », arrivé sur Netflix le 30 mai dernier.

Du jamais vu sur Netflix

Muni d’un arsenal d’équipements d’enregistrement qu’il opère à lui seul du début à la fin, Bo Burnham a filmé de manière déconstruite ses élans de créativité lorsqu’il était confiné. Inside a rapidement séduit les critiques qui n’hésitent pas à qualifier de « masterpiece » cette œuvre qui documente avec réalisme les pensées parfois amusantes, parfois nihilistes d’un trop-plein de solitude.

L’idée de regarder un spectacle comme celui-ci, d’un homme en quarantaine dans son petit appartement de Los Angeles peut sembler obscure alors que nous sommes nous-mêmes reclus. Pourtant l’expérience en est tout le contraire.

L’œuvre est composée d’un mélange de chansons, de sketchs et est entrecoupée de moments qui documentent son processus créatif. Comme à son habitude, Bo ne s’empêche pas de passer certains commentaires sociaux, sans toutefois alourdir le contenu. Par exemple, sa chanson Feeling like a bag of shit a probablement les paroles les plus démoralisantes écrites cette année, toutes chansons confondues. Elle est pourtant enregistrée sur une musique cruellement upbeat qui rappelle le sentiment d’impuissance lorsqu’on fait face à des problèmes plus grands que nature.

Un retour marqué par l’introspection

Juste avant le début de la pandémie, Bo Burnham revenait d’une longue pause de la scène qui aura duré cinq ans. L’humoriste était alors aux prises avec des crises de panique qui survenaient en plein milieu de ses prestations, parfois devant plusieurs milliers de spectateurs. C’est un passage douloureux de sa vie qu’il évoque seulement vers la fin de l’enregistrement et qui lui a sans aucun doute permis de pouvoir aussi bien définir l’anxiété dans Inside.

Certes, Inside est avant tout un spectacle d’humour, mais l’enregistrement tend parfois se classifier comme une œuvre de performance. Malgré le fait que tout se passe à huis clos dans son petit appartement, l’artiste multidisciplinaire a donné l’impression de n’avoir été limité par aucune restriction. Dans ce sens, c’est un spectacle qui aura définitivement un impact dans le monde de la webdiffusion.

En quelques mots, Inside est un amalgame surprenant qui fonctionne extrêmement bien et qui est visuellement impeccable.

Florence Cantin

Fervente admiratrice de l’art d’ici, Florence est étudiante en journalisme à l’UQAM et entretient une affection particulière pour tout ce qui influence de près ou de loin la culture québécoise. Un engouement qui la motive à vouloir mettre de l’avant le talent qui l’entoure pour le partager avec les lecteurs.

Précédent

Une porte sur la vie de Christian Marc Gendron avec son nouvel album

Le futur du rap québécois s’allie le temps d’une chanson

Suivant