Crédit photo :

« Love Me » : un nouveau départ pour Lydia Sutherland

| | ,

« You’re making me love me » : voici comment a débuté l’écriture de l’extrait « Love Me » de la jeune autrice-compositrice-interprète Lydia Sutherland. La chanson de genre country pop porte sur l’acceptation de soi, un sujet qui a suivi l’artiste toute sa vie, a-t-elle confié en entrevue avec Projection · Culturel.

Disponible depuis vendredi sur toutes les plateformes, c’est le fruit de deux ans de travail pour Lydia qui tentait de trouver sa voie pour son prochain EP. C’est donc en novembre dernier que le single est né, alors qu’elle était dans l’avion en direction de Calgary pour une session d’écriture.

La jeune femme s’est laissé bercer par les sentiments qu’a engendré sa rencontre avec un garçon pendant la pandémie pour écrire les paroles de la chanson. C’est grâce à lui si sa vision envers elle-même a changé, alors que depuis toujours, elle était incapable de s’aimer proprement.

« Je n’étais juste pas bien dans ma peau, j’avais de la misère à me voir comme les autres me voyaient. Autour de lui, je n’y ai jamais pensé deux fois. Il m’aimait pour ce que j’étais, il y a des affaires qu’il voyait chez moi que je n’avais jamais remarquées. Ça m’a fait me rendre compte que si je n’avais pas ces petites affaires-là chez moi, que lui, on dirait, il ne m’aurait pas aimée », a raconté Lydia.

Elle n’aurait pu mieux souhaiter que de lancer sa carrière avec « Love Me », qui représente le combat de sa vie, avec lequel elle doit se battre chaque jour depuis des années. « Ça me rend vraiment heureuse de pouvoir montrer ce côté-là et de finalement pouvoir aussi admettre à mes insécurités, parce que c’est quelque chose que je cache depuis tellement longtemps, que personne ne savait », a-t-elle dit en entrevue avec Projection · Culturel.

Un message d’espoir

« Toute ma vie on m’a dit qu’il fallait que je m’aime avant que quelqu’un m’aime », a déclaré la chanteuse avec émotions. Avec ce nouvel extrait, elle souhaite lancer le message que l’amour n’a pas de limites et que s’il s’agit de la bonne personne, elle t’aimera avec tes insécurités.

« Je ne me suis jamais laissé tomber en amour avec quelqu’un à cause de ça, parce que je me disais qu’ils ne m’aimeront jamais si moi je ne m’aime pas. […] Ce n’est pas parce que t’es insécure que tu ne mérites pas d’être en amour, autant avec quelqu’un qu’avec toi-même. »

Lydia Sutherland en entrevue avec Projection · Culturel

Le prochain extrait de l’artiste devrait sortir à l’automne. D’ailleurs, elle retourne à Calgary en septembre pour enregistrer les deux prochaines chansons de son EP qui paraîtra prochainement. Entre-temps, elle continue d’écrire pour les autres à travers le Canada anglais, les États-Unis et l’Australie. Pour elle, il s’agit de la partie la plus importante de la musique.

« Écrire c’est vraiment personnel, on rentre dans une session et le monde parle de leurs histoires. C’est vraiment aller en profondeur, c’est comme ouvrir son journal intime. C’est sûr que c’est vraiment touchant quand quelqu’un te fait confiance avec une aussi grande tâche », a énoncé la passionnée.

Un nouveau départ

Celle qui a participé à La Voix et qui avait lancé un EP il y a quelques années considère que cette récente sortie est un nouveau départ pour elle. « Quand je suis allée à La Voix, on dirait que je ne savais pas vraiment qui j’étais en tant qu’artiste. Je faisais la musique que je pensais que les autres voulaient entendre », a émis Lydia.

« Je chantais en français parce que je pensais que c’est ça qu’il fallait que je fasse », a-t-elle ajouté. Elle garde quand même une place spéciale dans son cœur pour son premier mini-album qu’elle a réalisé en étant vraiment jeune.

« C’est un nouveau message, une nouvelle ère. […] J’ai finalement découvert qui j’étais en tant que personne et artiste. Je suis rendue dans une place où je n’ai pas peur d’enlever le filtre et de juste dire ce que j’ai à dire. Dans ce temps-là, on dirait que je me retenais. J’aimais embellir les histoires un peu et les rendre ce que ce n’était pas. »

Lydia Sutherland en entrevue avec Projection · Culturel

En ayant rejoint son agence pendant la pandémie, elle n’a pas eu la chance d’offrir de spectacles encore. Pour le futur, Lydia Sutherland souhaite rester honnête, authentique et transparente à travers tout ce qu’elle va entreprendre dans ses projets.

« Je veux pouvoir parler des choses plus tabous, comme l’amour de soi, l’image du corps, la transition entre être un ado et devenir un adulte. Toutes les choses difficiles, les petites étapes de vie que les gens, souvent, passent par-dessus. »


Afin de suivre l’artiste et de connaître ses prochaines sorties musicales, il est possible de s’abonner à sa page Facebook et à son compte Instagram.

Rosie St-André

Passionnée par l’écriture et la lecture depuis son jeune âge, Rosie a un amour inconditionnel pour la langue française et la culture québécoise. Finissante en journalisme en ATM, elle croit important de soutenir les artistes d’ici en leur donnant une voix au sein des différents médias afin de promouvoir le talent de la province

Précédent

William Cloutier lance la version officielle de « Si pour me voir »

Rosalie Vaillancourt et Pierre-Yves Roy-Desmarais en vedette dans cette nouvelle série

Suivant