Crédit photo : © Orchestre Symphonique de Montréal

L’OSM présente « Voix de femmes : une ode à la vie »

| | ,

Accessible du 15 au 22 juin, le concert numérique gratuit Voix de femmes : une ode à la vie, présenté par l’Orchestre Symphonique de Montréal, célèbre la splendeur et la diversité de la création artistique féminine.

Dédié à « ces femmes, victimes de violence, dont les voix ne peuvent plus être entendues », ce concert propose une exploration d’oeuvres composées et écrites par des femmes et interprétées égalemement par des solistes féminines (Evie Mark et Akinisie Sivuarapik au chant de gorge, la mezzo-soprano Rihab Chaieb au chant, Marie-Hélène Breault à la flûte et Marianne Dugal au violon), le tout sous la direction de la cheffe Dina Gilbert.

Le concert s’ouvre sur la lecture d’un texte de la poétesse innue Joséphine Bacon, dont les poèmes tirés de ses recueils Bâtons à message, Un thé dans la toundra et Uiesh – Quelque part tisseront un réseau d’images et de couleurs tout au long de l’heure que dure cet événement. 

Entre ces lectures, les musiciens de l’orchestre interprètent D’un soir triste et D’un matin de printemps de Lili Boulanger, compositrice française du début du XXe siècle et première femme à remporter le Prix de Rome de la composition, ainsi qu’un extrait de la Serenata Concertante d’Elizabeth Maconchy, l’une des grandes compositrices britanniques du siècle dernier. Les auditeurs entendront également la pièce Zasakwaa [Présence d’une forte gelée], de la compositrice issue de la Première nation Odawa Barbara Croall, le morceau évocateur de la compositrice canadienne Alexina Louie, Take the Dog Sled, ainsi que Love Songs, pour voix de femme : « Ma mère » , d’Ana Sokolović, compositrice contemporaine d’origine serbe.

Les poèmes de Bacon et ces morceaux de musique s’alternent et se répondent dans un dialogue harmonieux de voix féminines riches, colorées et originales, entrecoupées de sons inusités et d’instruments méconnus du monde symphonique. La musique d’Alexina Louie notamment en fait intervenir plusieurs, en plus de mettre en scène le chant de gorge de Evie Mark et Akinisie Sivuarapik, qui s’intègre parfaitement au décor sonore et littéraire et y ajoute de la profondeur. 

Ce dialogue nous raconte la nature telle que vécue par la poétesse et les compositrices, sa force et sa douceur, sa frénésie et sa paix, et nous emporte dans un voyage enrichissant et émouvant – une véritable « ode à la vie ». Le concert est facilement accessible à partir du site de l’OSM, gratuitement, et ce jusqu’à 23h59 ce soir!

Marguerite Setrakian
Précédent

Découverte PC : le polissage du diamant Céleste Lévis

Guy Jodoin fait rayonner le Québec par la musique dans sa nouvelle série « La belle tournée »

Suivant