Crédit photo :

Le futur du rap québécois s’allie le temps d’une chanson

| | ,

Jay Jay et King Fali, deux futurs prodiges du rap québécois, ont uni leurs forces dans une collaboration complètement déjantée et enflammée qui s’intitule « Frérot ».

Il y a quelques mois, Souldia avait misé sur Jay Jay, un jeune de 12 ans de Limoilou, qui selon lui allait « casser la rap ». Ainsi, sa boite de production, soit Disques 7ième Ciel avait assumé la production du clip de sa première chanson « Malewa ».

Disques 7eme Ciel a endosé pour une deuxième fois ce clip et cette chanson. Tout comme la première fois, le vidéoclip a été réalisé par Souldia et Carl Méthot (Hsprods). Il est très lourd, tellement qu’il est difficile de croire que ce sont deux adolescents qui prennent place dans ce clip.

C’est également Christophe Martin, le réalisateur et mixeur de Souldia, qui a composé la chanson.

Il a fallu quelques minutes pour avoir les réactions sur les réseaux sociaux de chacune des personnes ayant travaillé sur cette chanson en commençant par Souldia.

De son côté, Jay Jay a profité de la tribune pour remercier ceux qui était dernière ce projet.

C’est en entendant ce rap qu’il est possible de constater jusqu’à quel point le rap québécois sera entre bonnes mains avec des gars comme Jay Jay et King Fali.

De son côté, King Fali, âgé de 14 ans, a fait parlé de lui lors des lancements de ses deux chansons, soit « Champion » et son plus récent succès « Olympique ».

La progression de King Fali entre le dévoilement de ses deux chansons était déjà incroyable. Cela dit, dans « Frérot » ce dernier profite amplement d’une voix qui a mué pour rapper avec encore plus de vigueur. Il a remplacé une voix instable contre une qui se tient et qui est chirurgicalement contrôlée. Le progrès de King Fali est hallucinant et il est fort à parier que c’est loin d’être fini.

Marc-André Fortin

Véritable passionné de la culture québécoise, Marc-André voit dans ce projet, une chance de pouvoir transmettre un peu de sa passion à toute personne qui s’y voit intéressée. Que cela passe par les séries télévisées, les chansons québécoises ou les humoristes, il aimerait que les jeunes se reconnaissent et s’accrochent à ce qui est fait ici.

Précédent

Retour sur « Inside » de Bo Burnham

Inspiration PC : donner la parole aux victimes avec Léa Clermont-Dion

Suivant