Crédit photo :

Inspiration PC : donner la parole aux victimes avec Léa Clermont-Dion

| | ,

Chaque semaine, la chronique Inspiration PC vous présente une nouvelle personnalité québécoise qui inspire les Québécois par son bon fond ou par un geste qu’elle a posé. Ce samedi, Léa Clermont-Dion se mérite le titre d’Inspiration PC avec son nouveau projet : T’as juste à porter plainte, une série documentaire qui donnera la parole aux victimes de violence sexuelle.

Dans cette nouvelle série documentaire, la cinéaste Léa Clermont-Dion lèvera le voile sur le parcours des victimes dans le système de justice. Elle tentera notamment de répondre à certaines questions : « Est-ce qu’il suffit simplement de porter plainte pour obtenir justice? Qu’est-ce qui attend les victimes d’actes sexuels non désirés qui osent prendre ce chemin? ».

« Avec ce documentaire, je veux donner la parole aux victimes afin qu’elles témoignent de leur parcours dans le système judiciaire. C’est ma façon de faire avancer les consciences en contribuant à l’amélioration du système de justice et à la façon dont il traite les plaignantes ».

LÉA CLERMONT-DION, VIA UN COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Le chemin vers la justice

C’est facile de dire à une victime de porter plainte, mais le processus, lui, est souvent long et difficile. Questions humiliantes, absence de preuves, peines trop courtes : les raisons du découragement des victimes dans le processus judiciaire sont nombreuses. Par ce projet, Léa Clermont-Dion souhaite donner la parole aux victimes afin qu’elles puissent raconter leur expérience après avoir porté plainte, qu’elle soit positive ou négative.

Pour certaines victimes, l’expérience a été réparatrice. Pour d’autres, ça a été synonyme d’humiliation et d’angoisse. En tout, une dizaine de femmes témoigneront de leur histoire avec le système de justice, toutes issues de milieux sociaux, culturels et économiques variés afin d’offrir le maximum de diversité. De plus, plusieurs experts viendront ajouter leur expertise à la question.

« Par ce travail remarquable, Léa fera œuvre utile au moment où tout le monde en arrive à reconnaître combien notre système de justice est mésadapté, à la fois pour les victimes et pour traiter ce genre d’agressions. Choisir de porter plainte, c’est emprunter un chemin tortueux. Et j’en sais quelque chose. Plus qu’un documentaire, c’est un geste social auquel je suis fière de m’associer, afin de faire évoluer le système de justice et d’assurer une meilleure place pour les victimes. »

JULIE SNYDER, VIA UN COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Le combat d’une vie

Cinéaste, mais aussi autrice et titulaire d’un doctorat en science politique et féministe, Léa Clermont-Dion est sans aucun doute une femme engagée. La cause des femmes lui tient à coeur et cela se reflète dans ses oeuvres. De son implication dans la Gazette des femmes ou par ses nombreuses apparitions dans de nombreux podcasts, en passant par sa participation à quelques collectifs féministes, Léa Clermont-Dion mène le combat d’une vie.

© Martine Doyon / Québec Amérique

En 2017, l’autrice a révélé avoir porté plainte contre son agresseur et est donc elle-même entrée dans le système de justice au titre de victime, mais aussi comme battante. De plus en plus de femmes sortent maintenant du silence, et les failles du système judiciaire sont dévoilées au grand jour. Avec T’as juste à porter plainte, Léa Clermont-Dion souhaite également pousser à la réflexion pour qu’il y ait un changement dans ce même système défectueux.

T’as juste à porter plainte est une série documentaire nécessaire qui tombe à point. Elle se veut à la fois « intimiste, critique et optimiste » quant à l’avenir.


La série documentaire T’as juste à porter plainte sera diffusée sur Noovo.ca dès la fin de l’été.

Audrey Robitaille

Amoureuse des mots depuis toujours, Audrey étudie présentement le journalisme à l’UQAM. Passionnée d’écriture, de théâtre et de tout ce qu’elle entreprend, elle souhaite partager son amour de la culture québécoise.

Précédent

Le futur du rap québécois s’allie le temps d’une chanson

Le grand solstice : un grand spectacle en l’honneur des autochtones

Suivant