Crédit photo : © Le Podcast de Thomas Levac

Dave Gaudet chez Thomas Levac : un balado qui en vaut la peine

| | ,

Avant de devenir un humoriste capable de gagner sa vie par le rire, Dave Gaudet l’a eu difficile. Ayant connu une enfance marquée par les déménagements et une adolescence tachée par la drogue, ce comique au style unique traîne avec lui un lourd passé, ponctué de violence, de dépendances et de mauvaises fréquentations.

Vers la fin du mois d’avril, il a été invité au Podcast de Thomas Levac pour en parler. J’en ai personnellement fait l’écoute cette semaine. Les connaisseurs me diront que je suis en retard ; je leur répondrai que je viens récemment de découvrir ce podcast, qui a notamment été récompensé au Gala des Olivier en mars.

C’est un épisode que je recommande à tous, amateurs de balado ou non. Il n’y est pas seulement question d’humour, mais d’un parcours de vie difficile teinté d’événements malheureux. Des thèmes qui s’entrelacent, dans son cas.

Dave y raconte une réalité qui n’est pas celle de tous. Écouter quelqu’un qui parle de son père alcoolique et de son addiction aux drogues dures, mais qui s’en sort progressivement grâce à la scène, ça fait réfléchir. C’est enrichissant.

Presque toute sa vie, Dave Gaudet a connu des ennuis à cause des substances illicites. Sans entrer dans le détail, il s’est mal entouré, a souvent été laissé à lui-même et il en a même écopé sur le plan professionnel. La pandémie lui a servi de déclic. Depuis plusieurs mois, il ne boit plus. Et pour la première fois de sa vie, il se sent capable d’atteindre un an de sobriété.

Il y a quelque chose de beau dans le fait d’entendre quelqu’un cheminer, se rendre compte de ses erreurs et faire ce qu’il faut pour corriger le tir. Sans oublier que son humour complètement déjanté vient alléger l’atmosphère lorsque nécessaire.

Je recommande donc fortement cette discussion entre Dave et Thomas, qu’on peut qualifier de profonde et d’authentique.

William Thériault

Passionné d’écriture, il adore produire des textes journalistiques et rencontrer des artistes du milieu. En plus de superviser la production du contenu du site, il couvre avec précision l’actualité culturelle québécoise, tout en s’assurant de fournir le contenu le plus authentique possible aux lecteurs.

Précédent

Le Festival REGARD lance sa 25e édition

Le « Club Soly » : un rendez-vous humoristique dès l’automne

Suivant