Crédit photo :

‘Projections’: un EP auto-réalisé par Mélanie Venditti

| | , ,

Produire, réaliser et chanter son propre album, c’est ce qu’a fait Mélanie Venditti avec Projections, disponible depuis vendredi sur toutes les plateformes.

Dans un rythme entraînant qui fait voyager dans un autre monde, six pièces toutes plus différentes les unes que les autres composent cet EP. Étant son deuxième en carrière, son premier paru en 2019 nommé Épitaphes, la chanteuse explore un nouvel horizon se situant dans une « rythmique pop aérienne », peut-on lire par communiqué. Et c’est ce qui le décrit le mieux, même si on retrouve par moments un peu d’indie rock.

Les synthétiseurs sont à l’avant-plan dans ces nouvelles compositions, présentant des sons enveloppants allant de mise avec la voix réconfortante de Mélanie Venditti. Cette dernière joue également la guitare, les cordes, le thérémine et les effets. On dit que cette nouvelle facette lui permet de « développer un nouveau son décomplexé et assumé. »

« Projections interroge la place de l’image, celle projetée et celle perçue tant par soi que par celle des autres et se plonge dans l’introspection face à cette relation. »

– Par communiqué

Une vague d’émotions

Les chansons ont leur ordre bien précis, permettant de vivre une aventure de 23 minutes à travers celles-ci. En écoutant l’album du début à la fin, l’auditeur passe à travers une gamme d’émotions fortes, terminant plus calmement avec les deux derniers titres, « La guérison » et « La renaissance ». En effet, ils « effectuent le retour au calme après la tempête pour terminer sur une note presque en apesanteur », comme il est si bien décrit par communiqué.

Des sons uniques, des paroles réconfortantes, des rythmes entraînants, c’est ce qu’on retrouve sur ce mini-album d’une chanteuse de talent qui mérite d’être connue, non seulement pour sa voix, mais également pour sa réalisation.

Son dernier extrait paru avant l’album, « Les contradictions », émane une rythmique rappelant celle des années 80. Il s’agit d’une chanson plus électronique, qui rappelle le bonheur, l’espoir, qui donne envie d’avancer et de vivre, tout en restant dans la même direction que le reste de l’album.

« Le ‘’je’’ et le ‘’tu’’ deviennent un ‘’on’’ et inversement, dans le but de se regarder de l’extérieur, de prendre conscience de la vision qu’on porte de sa propre personne. »

– Décrivant « Les contradictions » par communiqué

Elle est également accompagnée d’autres musiciens, tels que Guillaume Guilbault (Constance), Étienne Dupré (DUU),  Mandela Coupal-Dalgleish (Fougasse), Agathe Dupéré (Pataugeoire), Anne-Marie Milev (Valse Fréquence), Alexandre Larin (Larynx) et Nicolas Roberge.


Mélanie Venditti a plus d’une corde à son arc et n’a pas terminé d’en ajouter. L’artiste a besoin de toucher à tous les horizons, que ce soit la réalisation, la production ou le jeu d’instruments, elle veut s’épanouir dans toutes les sphères. On peut écouter son premier album Épitaphes, en cliquant juste ici.

Rosie St-André

Passionnée par l’écriture et la lecture depuis son jeune âge, Rosie a un amour inconditionnel pour la langue française et la culture québécoise. Finissante en journalisme en ATM, elle croit important de soutenir les artistes d’ici en leur donnant une voix au sein des différents médias afin de promouvoir le talent de la province

Précédent

Découverte PC : troquer le bâton de hockey pour la guitare avec FREDDY

Lunou Zucchini : « Il n’y a pas un merci assez gros pour les remercier »

Suivant