Crédit photo :

Joyce N’sana : une révélation au talent brut

| | ,

Sélectionnée comme révélation en musiques métissées, Joyce N’sana s’ajoute à la nouvelle cuvée d’artistes émergents que Radio-Canada veut propulser. Dans l’optique de faire découvrir le talent d’ici, celle qui se définit comme une artiste afrobluehop a livré une courte performance ce mercredi sur la plateforme d’ICI Musique.

L’afrobluehop c’est un alliage entre l’afroblues et le hip-hop. Pour Joyce, c’est surtout le mélange éclectique qui constitue sa démarche d’auteur-compositrice et interprète. Dès la première écoute, il est difficile de ne pas constater l’amalgame de genres musicaux dont fait usage la Québécoise d’origine congolaise. Son identité musicale est notamment influencée par le gospel, le jazz et toute la spiritualité qui s’entend dans sa voix.

Mon premier éveil était lorsque j’avais quatre ou cinq ans. Lorsque j’ai su chanter.

Joyce N’sana, en entrevue à Radio-Canada

Accompagnée de ses musiciens, Joyce a interprété deux chansons originales lors de sa prestation dans les locaux de Radio-Canada. Alternant entre le français et le lingala (sa langue maternelle), elle a absolument su transmettre son amour pour sa culture à ceux qui l’écoutaient pour la première fois.

Dans cette performance créative à souhait, Joyce a donné vie aux paroles engagées de ses chansons avec son interprétation dynamique et ses prouesses vocales. En plus, de jongler avec les styles et les sonorités, un charisme assumé émane de tous ses mouvements.

Même lors d’un spectacle virtuel, sans public, elle sait créer un lien avec le spectateur. On entend dans ses paroles un souffle grandiose venu de loin, riche en expérience et complètement nouveau.

Une prestation d’une quinzaine de minutes qui est beaucoup trop courte, certes, mais qui est un bon avant-goût de son prochain microalbum Obosso dont la sortie est prévue le 7 juillet 2021.

Florence Cantin

Fervente admiratrice de l’art d’ici, Florence est étudiante en journalisme à l’UQAM et entretient une affection particulière pour tout ce qui influence de près ou de loin la culture québécoise. Un engouement qui la motive à vouloir mettre de l’avant le talent qui l’entoure pour le partager avec les lecteurs.

Précédent

La Dérape : pardonner pour mieux avancer

« L’épiderme effleuré » : Paule Tremblay lance un nouvel extrait

Suivant