Crédit photo :

Jonathan Roy ouvre son cœur dans son nouveau EP

| | ,

Un album « un peu sombre, mais rempli d’espoir », voici ce que présente Jonathan Roy dans son tout nouveau EP qui s’intitule My Lullaby. L’auteur-compositeur-interprète s’autoproduit pour la première fois selon le communiqué et confirme sa nouvelle identité musicale.

Ce EP est composé de sept chansons, dont ses plus populaires en « Keeping me alive » (plus de 5M d’écoutes sur Spotify), « Lost » (plus de 2M d’écoutes sur Spotify) et « Light of Los Angeles » (près de 700 000 écoutes sur Spotify).

Ce mini-album a fait du chemin avant d’arriver dans vos écouteurs. Quelques succès ont été composés à Los Angeles, Vancouver et Montréal. Le talent de ce chanteur transcende chacune de ses compositions, il profite de chaque seconde pour venir éveiller des fortes émotions chez l’auditeur.

Le communiqué apporte des explications très intéressantes sur l’essence des chansons que vous entendrez. Selon lui, My Lullaby a été écrit dans un moment de remise en question pour Jonathan Roy.

« J’ai écrit cet EP dans une période assez difficile de ma vie, et ça m’a allumé; j’ai réalisé à quel point la musique me rend heureux. Je me suis demandé si je devais continuer ou arrêter. Il m’a fallu quitter ma zone de confort, acheter une camionnette (et vivre dedans) pour me retrouver. Mes chansons reflètent cela – et aussi ce besoin que j’avais de me réénergiser. » 

Jonathan Roy

C’est en déroulant le mini-album qu’on comprend qu’il a écrit ses chansons avec honnêteté. On remarque une introspection et une vulnérabilité de l’homme.

Que ce soit avec des thèmes comme la détresse psychologique (Lost, Lights of Los Angeles), les remises en question (Keeping me Alive, Walk out on me) ou les hauts et les bas des relations (I hate that I love you, Leaving with your heart), le fil conducteur de ce nouvel opus reste sa détermination à surmonter désormais les obstacles quoiqu’il arrive. 

Selon le communiqué

L’ancien gardien des Remparts de Québec et fils de Patrick Roy continue magnifiquement son parcours musical.

Marc-André Fortin

Véritable passionné de la culture québécoise, Marc-André voit dans ce projet, une chance de pouvoir transmettre un peu de sa passion à toute personne qui s’y voit intéressée. Que cela passe par les séries télévisées, les chansons québécoises ou les humoristes, il aimerait que les jeunes se reconnaissent et s’accrochent à ce qui est fait ici.

Précédent

«Le rêveur dans son bain» est une déclaration d’amour pour le théâtre

« Première danse » : un EP rafraîchissant pour MoKa

Suivant