Crédit photo :

Gala Artis : Les beaux malaises doublement gagnants

| | , ,

Après une année chargée en émotions, la 36e édition du Gala Artis s’est achevée ce soir sur une belle note. Au coeur de la soirée : nous, les québécois et les épreuves que nous avons dû traverser tous ensemble. Seuls, mais ensemble.

La cérémonie de dimanche soir s’est déroulée en formule distanciée, une première pour le gala qui a dû passer son tour l’an dernier en raison du contexte pandémique. Malgré le nombre réduit d’invités en studio et les mesures de distanciations, la soirée a été un succès sur toute la ligne. C’est sans surprise que Guy Jodoin et Charles Lafortune ont prit les commandes à l’animation lors de cette 36e édition.

Cette cérémonie s’est particulièrement distinguée des autres par son côté profondément humain. Lors des remerciements, plusieurs gagnants ont tenu à souligner les différents mouvements nés cette année et qui vise à ouvrir la discussion sur des enjeux de société.

Gino Chouinard, par exemple, a livré un touchant témoignage suite à sa victoire dans la catégorie Animateur d’émissions de services : « J’ai appris un nouveau mot cette année que j’ai trouvé dur : féminicide. Malheureusement, on a dû le dire trop souvent, mais ça nous fait prendre conscience qu’on peut tous influencer autour de nous via notre télé. Je pense que c’est terminé, il faut que tout ça change. Cessons de laisser passer. Dénonçons. Prenons le taureau par les cornes. »

Guy Jodoin et Charles Lafortune ont présenté une série d’extraits tirés de séries qui montre des scènes de violence conjugale afin d’adresser les nombreux féminicides des dernières semaines. Ingrid Falaise et Florence Longpré ont ensuite livré un puissant texte, dans le genre slam, pour dénoncer les abus qui ont parfois – plus souvent qu’on pense – lieu dans un couple.

Tout au long de la soirée, on pouvait ressentir toute la fébrilité des gagnants qui ont défilés sur scène. Souvent, on a eu l’impression qu’ils avaient besoin de parler, de se confier, sur des épreuves qui ont été difficiles cette année. Guy Jodoin et Dave Morissette ont tous les deux rendu hommage à leur père dans leur discours émouvant.

Si l’on pouvait particulièrement voir ce soir l’humain derrière l’artiste, le public a aussi eu droit à des prestations musicales qui ont enflammé la scène. À commencer par le numéro d’ouverture de Damien Robitaille, Mélissa Bédard et Corneille, puis avec le show des gagnants de La Voix (Josiane Comeau) et de Star Académie (William Cloutier). David Goudreault est également venu faire son tour en présentant un nouveau slam percutant comme une revue de l’année, accompagné au piano par Alexandra Stréliski.

Julie Le Breton et Martin Matte ont eu droit à une véritable vague d’amour du public alors qu’ils ont été doublement récompensés en remportant le Prix de personnalité de l’année en plus de leurs prix respectifs en début de soirée.

Voyez ci-dessous la liste des gagnants officiels de la 36e édition du Gala Artis :

Animateur d’émissions de sport : Dave Morissette

Animateur d’émissions de jeux : Guy Jodoin

Animateur d’émissions de services : Gino Chouinard

Animateur d’émissions de variétés ou de divertissement : Jean-René Dufort

Animateur d’affaires publiques : Mario Dumont

Animateur de bulletins de nouvelles : Pierre Bruneau

Animateur de magazines culturels ou talk-show : Guy A. Lepage

Artiste d’émissions jeunesse : Pier-Luc Funk

Rôle masculin / séries dramatiques saisonnières : Marc Messier

Rôle masculin / séries dramatiques annuelles : Gildor Roy

Rôle féminin / séries dramatiques saisonnières : Sarah-Jeanne Labrosse

Rôle féminin / séries dramatiques annuelles : Maude Guérin

Rôle féminin / comédies : Julie LeBreton

Rôle masculin / comédies : Martin Matte

Personnalité féminine de l’année : Julie Le Breton

Personnalité masculine de l’année : Martin Matte

Audrey Robitaille

Amoureuse des mots depuis toujours, Audrey étudie présentement le journalisme à l’UQAM. Passionnée d’écriture, de théâtre et de tout ce qu’elle entreprend, elle souhaite partager son amour de la culture québécoise.

Précédent

All in Good Time : un premier album enivrant pour Sam Tucker

Menteur connaîtra une adaptation en France

Suivant