Noémie Laverdière : danser au rythme de Québec Issime

Québec Issime
© 1760 Bistro

Noémie Laverdière : danser au rythme de Québec Issime

Le 20, 21 et 22 mai prochain sera présenté à l’Hôtel Québec Inn le spectacle d’envergure Party ! De Woodstock à aujourd’hui, l’un des cinq spectacles produits par Québec Issime. En cette journée internationale de la danse, nous avons rencontré l’une des danseuses, Noémie Laverdière, qui se confie sur son parcours personnel et sur sa carrière au sein de Québec Issime.

Le parcours de danseuse de Noémie commence dès l’âge de trois ans, alors qu’elle danse pour Toupies Dance, une école de Québec qui a fermé ses portes depuis. « Vers l’âge de neuf ans, la directrice m’a dit qu’elle voyait du potentiel en moi. J’ai commencé à danser avec des filles plus vieilles que moi », explique Noémie. En 2013, sa troupe est amenée à représenter le Québec dans un spectacle à Walt Disney. Jusque là, Noémie dansait surtout des comédies musicales.

© Page Instagram de Noémie

Après plusieurs années de danse récréative, elle se surprend à rêver de compétitions. Manquant de technique, elle essuie des refus à trois reprises avant d’être finalement sélectionnée vers l’âge de treize ans. Pendant ses années chez Toupies Dance, elle a remporté plusieurs médailles et distinctions.

Après la fermeture de l’école, la danseuse a poursuivi son parcours chez Danse Attitudes. « Pendant mes deux années chez eux, j’ai pu perfectionner ma technique. C’était aussi beaucoup plus compétitif », affirme-t-elle. Noémie a d’ailleurs terminé troisième lors du Gala des Étoiles de la compétition Idance en 2018. Elle a aussi gagné le Prix Attitude en 2018 et le Prix Coup de cœur en 2019.

L’été suivant son entrée chez Danse Attitudes, la directrice lui parle d’un contrat disponible avec Québec Issime. « À ce moment-là, j’étais vraiment hype », confie la danseuse. Elle a bien sûr accepté le contrat qui lui était proposé et a débuté sa carrière au sein de l’équipe de Québec Issime.

En 2020, elle a rejoint l’Académie de danse de la Capitale (ADC). Lors du World Hip Hop Dance Championship 2020 (HHI), sa troupe s’est classée en deuxième position au Québec pour les championnats mondiaux en Arizona. Malheureusement, elle n’a jamais eu la chance de danser aux mondiaux en raison de la pandémie.

L’envers du décor

Depuis 2018, Noémie évolue au sein des danseurs de Québec Issime. Mais si elle a grandi dans le monde du spectacle, c’était la première fois qu’elle se trouvait confrontée à une aussi grosse production. « Pour quelqu’un qui ne connaît pas ça, c’est assez intimidant au début », avoue-t-elle.

En effet, elle s’est retrouvée face à la préproduction, chose qu’elle n’avait jamais vraiment expérimenté avant. Avant de produire chaque spectacle, il y a tout un processus par lequel les danseurs doivent passer. C’est à ce moment-là qu’elle a vraiment découvert « l’envers du décor ».

L’un des défis qu’elle relève à chaque représentation est le changement de costume. Pour certains, cela peut sembler banal, voire même facile. Pour Noémie, c’est un moment de stress à chaque fois. « Il faut pouvoir changer son costume en moins de 30 secondes, explique-t-elle. On a très peu de temps pour changer nos souliers, notre coiffure et tout ».

L’une des choses que Noémie a découvert chez elle en travaillant pour Québec Issime, c’est sa capacité à s’adapter. « C’est d’avoir toujours conscience des autres qui t’entourent, et être prête à te réadapter rapidement », dit-elle.

Avec la pandémie, la façon de présenter les spectacles a changé et l’équipe a aussi dû s’adapter. Désormais, elle performe devant les balcons d’hôtels, en formule distanciée. Si Noémie est reconnaissante de pouvoir continuer à danser, elle concède que l’ambiance n’est pas la même que lors des performances dans les auditoriums.

« Pour De Céline Dion à la Bolduc, la formule reste sensiblement la même. D’habitude, les gens nous regardent depuis leur siège. Pour Party ! De Woodstock à aujourd’hui, les gens sont habituellement debout devant la scène et dansent avec nous. Il y a en a même parfois qui montent sur la scène, s’ils ont un peu trop bu », explique-t-elle en riant, nostalgique.

« Je suis une danseuse de compétition, mais je suis une performeuse avant tout. J’aime partager quelque chose avec le public. »

Noémie Laverdière, en entrevue avec Projection · Culturel

Bien plus qu’un spectacle

Pour Noémie, Québec Issime représente beaucoup plus qu’un simple spectacle auquel elle participe. Pour elle, c’est une deuxième famille. Avant chaque représentation, l’équipe s’est approprié son propre rituel qui consiste à crier « merde ! » et à se serrer dans les bras. Québec Issime, ce sont des liens qui se créent et qui perdurent dans le temps, qui poussent à toujours se dépasser.

Elle compare l’expérience à ce que pourraient vivre les candidats de téléréalités comme Star Académie. En temps normal, tout le monde dort à l’auberge pendant la durée des spectacles. La scène est voisine à l’auberge, de sorte qu’ils ne doivent pas se transporter pour y aller. « C’est comme une petite communauté. On est dans notre bulle, on soupe ensemble et après on monte sur scène. The show must go on, comme on dit », déclare Noémie.

« Au fond, on se réunit tous autour d’une même passion [le spectacle]. On désire tous transmettre cette passion-là à notre public. »

Noémie Laverdière

L’entraide est aussi le mantra de cette grande et belle famille. Peu importe si quelqu’un est danseur ou chanteur, chacun prend le temps d’aider l’autre avec sa chorégraphie ou son texte. Pour Noémie, c’est ce qui fait la beauté de Québec Issime.


Québec Issime présentera son spectacle Party ! De Woodstock à aujourd’hui le 20, 21 et 22 mai prochain à l’Hôtel Québec Inn. Pour réserver vos billets, cliquez ici.

1, 'include' => $prevPost->ID ); $prevPost = get_posts($args); foreach ($prevPost as $post) { setup_postdata($post); ?>
Précédent

1, 'include' => $nextPost->ID ); $nextPost = get_posts($args); foreach ($nextPost as $post) { setup_postdata($post); ?>

Suivant