Crédit photo :

Le message percutant de King Dave

| | ,

Depuis environ un mois, la pièce de théâtre King Dave, écrite par Alexandre Goyette et mise en scène par Christian Fortin, a été présentée au public québécois, quinze ans après sa première représentation.


Extraits de King Dave

Produite par le Théâtre Duceppe, l’œuvre évoque le destin tragique d’un jeune homme qui s’engage, presque par accident, dans la délinquance montréalaise. En commençant par un party, suivi d’un vol, puis d’une rupture amoureuse et d’une bataille dans un bar, les mauvaises décisions de Dave se succèdent. À la fois captivante et déchirante, la prestation éveillera une réalité crue de la criminalité de Montréal, qui passe inaperçue sur les scènes québécoises.

Si cette réalisation théâtrale avait d’abord été interprétée par Alexandre Goyette, elle a été adaptée pour être jouée par Anglesh Major, artiste issu de la communauté haïtienne montréalaise. Le metteur en scène Christian Fortin avait même affirmé en entrevue que l’histoire de King Dave se tient toute seule et qu’elle pouvait être incarnée par n’importe qui. D’après lui, c’est le comédien qui porte la pièce à sa propre manière.

Notons aussi le fait que le jeu d’acteur était impeccable. Dans un monologue, il faut énormément de talent pour réussir à interpréter plusieurs personnages à la fois. Anglesh le faisait avec brio en changeant simplement de ton de voix et en ajustant sa gestuelle selon le rôle.

La mise en scène laissait place à l’imaginaire du public. Le protagoniste était entouré d’un décor sobre et minimaliste, où seuls quelques microphones et des caisses noires remplissaient le vide du plateau. Un piano était aussi placé sur le côté, qui servait à porter l’émotion de la pièce lorsqu’Anglesh en jouait. Le comédien décrivait précisément au public l’univers dans lequel il se trouvait pour faciliter la visualisation de la scène. On aurait même pu être porté à croire qu’il nous disait les didascalies.

Cependant, Christian Fortin n’avait pas l’intention de dénoncer quoi que ce soit. Au départ, le personnage de Dave était même raciste. C’est à la suite du changement d’acteur que l’équipe a dû modifier le scénario pour l’adapter à la réalité d’un Afro-Québécois. Dans un mélange de créole et de français, les paroles d’Anglesh font passer un message encore plus percutant que la version originale.

Or, cette production porte un propos choquant, qui risque d’en affecter plusieurs. « C’est un show sur la peur. Le moteur, c’est qu’il a peur. Et ça fait faire des choses épouvantables », explique Christian Fortin en entrevue. King Dave vaut donc la peine d’être vue et permet d’ouvrir la discussion sur certains enjeux sociaux.


Bande annonce du film King Dave de Podz

King Dave a aussi été adaptée au cinéma en 2016 par Podz. Le réalisateur a d’ailleurs décidé de filmer l’entièreté du long-métrage en une seule séquence.

Charlotte Bastien

Étudiante en communication appliquée à l’Université de Sherbrooke, Charlotte est passionnée par le domaine depuis qu’elle est toute petite. Que ce soit au cinéma, à la télévision, au théâtre, en musique ou en littérature québécoise, elle a toujours une œuvre à proposer pour les intéressés.

Précédent

Entre le passé et le présent : raconter les histoires oubliées

Un nouveau dévoilement de l’album « Royauté »

Suivant