« Je m’appelle humain » bientôt sur grand écran

Joséphine Bacon
© Je m'appelle humain / Facebook

« Je m’appelle humain » bientôt sur grand écran

Après avoir remporté samedi dernier le Prix collégial du cinéma québécois, le documentaire Je m’appelle humain sera présenté en salle dès le 16 avril prochain.

Je m’appelle humain, un documentaire de la réalisatrice autochtone Kim O’ Bomsawin, a été primé à plusieurs festivals l’année dernière. Le film est déjà disponible dans plusieurs cinémas du Québec.

Il sortira néanmoins le 16 avril prochain dans ces différents cinémas : à Montréal (Cinéma du Musée, Cinéma Beaubien), à Sainte-Adèle (Cinéma Pine) en Montérégie (Cinéma Beloeil), à Chicoutimi (Cinéma odyssée) et à Sherbrooke (La Maison du cinéma). Pour les villes de Québec et de Gatineau, tout dépendra de l’évolution de la situation dans ces régions. Rappelons qu’hier, le premier ministre a ordonné le reconfinement dans quatre régions du Québec, forçant ainsi les cinémas à fermer de nouveau leurs portes.

Dans ce documentaire, la poétesse Joséphine Bacon, 73 ans, raconte les moments marquants de sa vie et de celle de ses ancêtres, en plus de marquer l’importance de défendre une langue et une culture qui lui est chère. La réalisatrice a su capter toute la beauté des territoires et de cette femme, dont les cicatrices sont encore fraîches mais dont le sourire éclaire la pièce.

Comme son titre l’indique, c’est un documentaire qui est profondément humain. C’est un portrait sensible d’une femme ancrée dans l’histoire autochtone, une danse entre le cinéma et la poésie, qui se marie si bien.

« Ce que  Joséphine Bacon nous transmet aujourd’hui, à travers sa poésie, ce sont les récits des aînés qu’elle a su recueillir avec finesse toutes ces années à travailler auprès d’anthropologues. »

Kim O’Bomsawin en entrevue avec CTVM

Je m’appelle humain n’est pas le premier film réalisé par Kim O’Bomwasin, et certainement pas le dernier. Son film le plus connu reste Ce silence qui tue, un documentaire ou plusieurs femmes se livrent sur la disparition des femmes autochtones au Québec.


Je m’appelle humain sortira en salle le 16 avril prochain. Vous pouvez également le visionner en ligne dès maintenant.

Audrey Robitaille

Amoureuse des mots depuis toujours, Audrey étudie présentement le journalisme à l’UQAM. Passionnée d’écriture, de théâtre et de tout ce qu’elle entreprend, elle souhaite partager son amour de la culture québécoise.

Précédent

Dévoilement des premières nominations au Gala ARTIS

2Frères et Le monde de Benjamin présentent « Tout l’temps »

Suivant