Crédit photo :

« Fluidité » : une discussion qui déconstruit les standards

| | ,

La cause féministe au cœur de l’actualité depuis des semaines au Québec, les discussions de femmes pour des femmes comme celles de l’autrice Sarah-Maude Beauchesne et de ses invitées dans son balado Entre filles, répondent à un besoin criant de la société qui doit se faire secouer. Trois nouveaux épisodes, dont « Fluidité », sont disponibles depuis lundi sur la plateforme Radio-Canada Ohdio.

L’épisode « Fluidité » présente une discussion remplie d’ouverture et de compréhension quant à l’identité et à la sexualité féminine. La comédienne Ève Landry, l’autrice Daphné B. et l’animatrice ont réussi, en une quarantaine de minutes, à déconstruire des standards de société qui tentent de les emprisonner dans des moules depuis des années.

La pression de devoir rester attachée à une seule orientation sexuelle ou à une identité de genre règne chez ces femmes qui se considèrent aujourd’hui comme étant plutôt fluides. Même si elles se sentent plus libres qu’avant, elles ressentent les jugements et les stéréotypes qui sont encore présents au sein de la société.

Pour des adolescentes en questionnement, avoir ces modèles qui sortent des cadres dictés par la société peut être très forgeur dans leur quête identitaire. Pour ces jeunes, la validation de soi passe beaucoup par les autres, entre autres par des personnes plus âgées qui ont une certaine notoriété. Elles s’identifient à elles afin de valider leurs sentiments et ainsi voir qu’elles sont plusieurs dans le même bateau. « Regarde, je le vis aussi. C’est normal. T’es pas seule. Laisse-toi aller dans tes émotions» : c’est ce que transmet cet épisode.

« Je me suis rendu compte que je n’étais pas jalouse de son cul, je voulais le prendre dans mes mains. »

– La comédienne Ève Landry dans l’épisode « Fluidité »

Des images justes et réalistes

Tout est abordé avec simplicité et justesse avec des mises en contexte réalistes qui touchent la vie des jeunes filles. On normalise l’attirance envers le même sexe, on défait la construction sociale qu’une femme ne devrait jamais changer d’idée après qu’elle ait fait un choix. On démontre concrètement que parfois, deux filles peuvent s’aimer plus que de l’amitié. Et que c’est correct.

Selon ces trois femmes, les contes de fée et les princes charmants jouent un rôle important dans la vision du monde des enfants, forçant les jeunes filles à croire qu’elles doivent à tout prix trouver leur prince. Une métaphore forte, qui illustre le point de départ de cette discussion sur la fluidité.

« On grandit avec des images et on se les approprie. Il n’y avait comme pas de possibilité pour moi d’être autre chose que la princesse. Et je voulais être une princesse. »

– L’autrice, poète et traductrice Daphné B. dans l’épisode « Fluidité »

Pourquoi devoir se mettre à tout prix une étiquette ? En ayant toutes une histoire différente, on sent la volonté de ces femmes de se rassembler sur une même pensée, celle de pouvoir sortir des moules sans se sentir jugées ou imposteures et de vouloir changer la vision des générations antérieures sur les partenaires et l’identité, parce qu’il y a bien plus que l’hétérosexualité.

Rosie St-André

Passionnée par l’écriture et la lecture depuis son jeune âge, Rosie a un amour inconditionnel pour la langue française et la culture québécoise. Finissante en journalisme en ATM, elle croit important de soutenir les artistes d’ici en leur donnant une voix au sein des différents médias afin de promouvoir le talent de la province

Précédent

Noovo Moi fait son entrée dans le décor

District 31 : la finale ne laisse rien présager de bon

Suivant