Crédit photo :

Pour l’amour de la culture | Patrick Senécal présente

| | ,

Vous l’attendez depuis trop longtemps. C’est la première émission de ce genre au Québec. La voici enfin : l’émission Patrick Senécal présente.

Le 25 février dernier, Club Illico a sorti les cinq premiers épisodes d’une vingtaine de minutes chacun. Chaque épisode est une histoire différente, chaque épisode est la pire journée d’un personnage, chaque épisode touche l’horreur. Certains sont drôles et gore, d’autres sont suspense et épeurants. Il y en a donc pour tous les goûts.

Chaque épisode commence par l’auteur assis à son bureau dans une pièce sombre à écrire l’histoire qui sera racontée. Ce petit segment sert à mettre l’histoire en contexte puisque la synthétisation est de mise lorsque l’épisode ne dure que 20-25 minutes. Vous aurez donc compris que chaque épisode est comme une nouvelle dont la fin vous laissera bouche bée.

Le premier épisode, « Seule », est l’histoire de Julie (Mylène Mackay) qui déménage dans une petite banlieue et rencontre Olivier (Sébastien Huberdeau) son voisin. La ville qui est habituellement tranquille est prise d’assaut par un tueur en série. Si vous réussissez à trouver qui il est avant la fin, félicitations! Les apparences peuvent très souvent être trompeuses.

Le deuxième, « Audition », est vraiment étrange. Gabriel (Théodore Pellerin) passe une audition pour une pièce de théâtre qu’il ne connait pas du tout. Il n’a jamais reçu de texte ni de contexte pour la pièce. Plus l’audition avance, plus les choses semblent bizarres. Cet épisode se passe presque dans un univers onirique qui vous jouera dans la tête.

Le troisième, « Sans génie », est plus drôle. Nicolas (Lou-Pascal Tremblay) est un musicien qui n’arrive pas à percer. En sortant d’une répétition, il trouve un cellulaire par terre. Le cellulaire n’est pas comme les autres, il contient un génie qui réalisera trois vœux, à sa façon. Ce n’est pas une surprise, ça tourne mal. Sans nécessairement faire peur à ne pas dormir, l’épisode est comique tout en étant gore.

Le quatrième, « Interrogatoire », est plutôt un thriller psychologique. Laura (Karine Gonthier-Hyndman) doit interroger un itinérant (David LaHaye) qui aurait peut-être été témoin d’un crime. L’itinérant lui donne des réponses étranges et déroutantes qui laissent penser que la détective ne serait peut-être pas passée au travers du dernier cas sur lequel elle travaillait. Sans blague, c’est difficile de savoir ce qui est vrai ou non dans l’épisode. Est-ce l’itinérant ou devient-elle folle?

Le dernier épisode, « Par effraction », est le plus effrayant. Benoît (Steve Laplante) doit rembourser des dettes sinon ça pourrait mal tourner. Après se l’être fait rappeler par la mafia, il marche pour rentrer chez lui quand il croise une maison qui semble vide. Il se dit alors qui pourrait la cambrioler pour amasser l’argent qui lui manque. Ce qu’il y trouvera vous donnera des frissons dans le dos.

Les cinq derniers épisodes sortiront à l’automne 2021. D’ici là, vous pouvez rassasier votre soif de sang et de peur en dévorant les cinq premiers sur Club Illico. Ce sera assez pour vous empêcher de dormir.

Maggy McDonald

Passionnée par le cinéma, la littérature, la musique et les arts de la scène depuis un jeune âge, Maggy a terminé ses études collégiales en journalisme et est maintenant étudiante à l’Université Concordia. Elle souhaite partager son amour pour la culture québécoise.

Précédent

Inspiration PC : distribuer des sourires avec Guillaume Vermette

Découverte PC : Raphaël Roberge dans son élément

Suivant