Crédit photo :

Les trois petits mots d’amour de Dominique Fils-Aimé

| | ,

Dominique Fils-Aimé, autrice-compositrice-interprète montréalaise, a récemment sorti Three Little Words, la dernière œuvre d’une trilogie de trois albums.

Cette trilogie de trois disques comprenant Nameless (2018), Stay Tuned ! (2019) et Three Little Words (2021) se veut un hommage à la musique et à la culture afro-américaine. Empruntant les airs de blues et de jazz de ses albums précédents, Dominique Fils-Aimé dévoile dans son nouvel opus une exploration émotionnelle de la soul.

#1 des ventes d’album au Québec et #2 au Canada

L’œuvre de Fils-Aimé est une source d’espoir pour nous aider à franchir les prochains mois. L’auteure-compositrice-interprète tente de rassurer tous ceux qui l’écoutent dans les paroles paisibles de « The Healing Song ».

« Heal with me.

Everything will be ok.

Feel with me.

Everything will be fine. »

Paroles de « The Healing Song », Dominique Fils-Aimé

Sa composition « While We Wait », elle, invite le public à contribuer aux changements du monde et à rester solidaire.

« While We Wait », Dominique Fils-Aimé

À une époque où le jazz n’est plus aussi populaire et représenté dans la musique d’aujourd’hui, la chanteuse réussit amplement à mettre ce style musical de l’avant, ce qui m’a le plus plu dans l’album. Dans son titre « Mind Made Up », on y découvre particulièrement cuivres, contrebasse, batterie et mélodie envoutante, tous les éléments nécessaires pour compléter une recette aux sonorités jazzées. Aussi, « Grow Mama Grow », premier titre du disque, fait valoir la musique gospel, qui accompagne l’artiste de vive voix. Il s’agit d’un ajout judicieux pour faire ressortir la culture des afro-américains, qui considèrent ces chants comme une partie intégrante de la religion chrétienne.

Par contre, un des points faibles de l’album serait l’absence de la langue française. Pourtant, de descendance haïtienne et québécoise, Dominique Fils-Aimé a grandi dans un milieu francophone. Elle aurait donc pu inclure un extrait en français dans son album, comme elle l’a fait pour Nameless. La présence du français est, selon moi, une richesse de la musique québécoise.

Or, en plus d’être une œuvre à savourer, Three Little Words est une forme de lutte pour les droits de la personne. Les trois petits mots font référence à « I love you », mais aussi à « Je vous crois », « Black Lives Matter » ou « Black History Month ». Je considère qu’un artiste prônant des valeurs sociales vaut bien plus la peine d’être écouté qu’un musicien qui se vente de sa fortune.

Vidéoclip du single « Old Love » sorti en 2019

Pour écouter l’album, c’est ici.

Charlotte Bastien

Étudiante en communication appliquée à l’Université de Sherbrooke, Charlotte est passionnée par le domaine depuis qu’elle est toute petite. Que ce soit au cinéma, à la télévision, au théâtre, en musique ou en littérature québécoise, elle a toujours une œuvre à proposer pour les intéressés.

Précédent

Marie-Josée Gauvin et son saloon des cœurs brisés

Valérie Lahaie présente son nouvel extrait « Juste une fois (tous les jours) »

Suivant