J.A.M. remporte La fin des faibles

J.A.M.
© J.A.M. / Instagram

J.A.M. remporte La fin des faibles

C’est déjà la fin des trois semaines de compétition pour La fin des faibles, première émission entièrement consacré au rap de la télévision québécoise. Se terminant mercredi soir à Télé-Québec par une finale composée de cinq candidats, le concours a couronné le plus jeune.

C’est J.A.M., le grand gagnant de cette première saison. Bouchervillois d’origine libanaise, il n’a que 22 ans. À le voir aller sur scène avec une telle assurance alors qu’il n’avait pas l’expérience de ses adversaires, on comprend qu’il sera à surveiller dans le milieu.

Se démarquant des autres pour son freestyle et pour son interprétation a cappella, J.A.M. a été préféré par les juges à Monk.E, Raccoon, Woodman et LeMind.

On remarque qu’en dépit de son âge, J.A.M. possède un certain talent. Il ce flow urbain, authentique et constant, ce flow qui donne envie d’écouter son message. Une habileté à raconter du vrai tout en donnant le rythme.

Pour Koriass, il est « la découverte de l’année ». Pour Sarahmée, il veut gagner de la bonne façon. Pour Souldia, il a été le meilleur freestyler de La fin des faibles.

Pas mal pour un rappeur qui a frôlé l’élimination et qui a dû passer par l’étape de « la seconde chance ».

Étudiant actuellement en stratégie de production culturelle et médiatique à l’UQÀM, celui qui se nomme en réalité Jamil Assoum mérite un grand prix valant 35 000$. Cela comprend « l’enregistrement d’un titre en studio, la production d’un vidéoclip et la chance de représenter le Québec à la compétition End of the Weak à New York », comme le rapporte Le Soleil.

William Thériault

Passionné d’écriture, il adore produire des textes journalistiques et rencontrer des artistes du milieu. En plus de superviser la production du contenu du site, il couvre avec précision l’actualité culturelle québécoise, tout en s’assurant de fournir le contenu le plus authentique possible aux lecteurs.

Précédent

PLAYDAYS dévoile son premier EP

« Où sera le monde » : un morceau attendu pour Marc Dupré

Suivant