Du français à en manger… avec les yeux

Suggestions littéraires
© Mackenzie Sanche / Projection · Culturel

Du français à en manger… avec les yeux

Aujourd’hui, c’est la Journée internationale de la francophonie, le moment idéal pour jeter les projecteurs sur une panoplie d’œuvres littéraires québécoises.

Découvrez sept oeuvres québécoises aux auteurs et autrices diversifiées, mais à la plume tout aussi magnifique.

  • La fille delle-même

Em, de Kim Thúy

Cette œuvre littéraire datant de novembre 2020 trace un doux portrait de survivants de la guerre du Vietnam. Elle met en lumière plusieurs enjeux méconnus en interlaçant l’histoire de plusieurs personnes avec celle de deux garçons d’une photographie qui les montre couchés dans une boîte de carton. « D’une certaine manière, l’auteure réussit à faire ressortir l’amour de la haine des clans ennemis, comme l’on peut tirer le bien du mal », écrit notre rédactrice Charlotte Bastien dans sa critique de Em.

L’histoire du cinéma en BD, de Philippe Lemieux et Garry

Cette série de bande-dessinées revisite l’histoire du 7e art en images. Le premier tome, L’image en mouvement, raconte les débuts du cinéma en présentant des acteurs principaux comme Muybridge, Edison et les frères Lumière. Abordée d’un ton humoristique et léger, l’histoire est adaptée aux plus jeunes qui veulent en apprendre plus sur la méthode derrière leurs films préférés. L’œuvre est finaliste aux Bédéis Causa 2021 pour le Prix Yvette-Lapointe pour Meilleur album jeunesse de langue française publié par des auteur.e canadiens, en plus d’être finaliste pour le Prix Hubert-Reeves de vulgarisation scientifique dans la section Jeunesse de la catégorie Coups de cœur.

La fille d’elle-même, de Gabrielle Boulianne-Tremblay

Paru le 25 février dernier, ce roman est le premier livre de fiction francophone québécois écrit par une femme trans. L’écriture a longtemps accompagné l’autrice dans sa quête identitaire, et cette œuvre en est le reflet : La fille d’elle-même est un travail d’affirmation de soi inspiré de son parcours identitaire. L’œuvre visite les perceptions d’autrui, les dilemmes personnels, la construction de la personne qu’on veut être, et finalement, la libération.

Et arrivées au bout nous prendrons racine, de Kristina Gauthier-Landry

Ce recueil de poésie trace le chemin parcouru pour redécouvrir ses origines, en voyageant le long chemin de la mémoire qui ramène à notre enfance et aux petits bonheurs simplistes. Une route de découverte de soi, de réconciliation avec un territoire et avec sa famille. Des mots bellement tissés par l’auteure offrent des descriptions territoriales vives, des sensations humaines si puissantes que l’on y goûte les confitures et la nostalgie.

L’évasion d’Arthur ou La commune d’Hochelaga, de Simon Leduc

L’une des œuvres en lice au Prix littéraire des collégiens 2020, ce roman explore l’aventure d’Arthur, 10 ans, qui s’associe à des gens douteux au sein du quartier d’Hochelaga. Mettant en évidence mauvaises influences et personnages avec lesquelles la vie a été injuste, l’histoire est racontée d’un point de vue typique d’un enfant. La rencontre cahoteuse d’une réalité brute et d’une imagination naïve se fait ressentir avec l’excellente prose de Leduc.

Le Sablier : ôtage au Sahara pendant 450 jours, d’Édith Blais

Cette œuvre sortie en février dernier racontera l’expérience de la Sherbrookoise Édith Blais. En 2018, elle a été enlevée au Burkina Faso et a été retenue en ôtage durant 450 jours. Un ouvrage « puissant et lumineux », comme l’a décrit la directrice générale des Éditions de l’Homme, qui n’attend que des yeux gourmands pour partager son histoire poignante, crue et extraordinaire. Édith Blais et son compagnon de voyage Luca Taccheto ont été retrouvés sains et saufs en mars 2020.

Shuni, de Naomi Fontaine

Une œuvre écrite en lettres d’une Autochtone, abordant avec délicatesse la relation qu’a entretenue depuis si longtemps le Québec avec les Premières Nations. Avec ce travail de réconciliation, de recherche de paix et de recherche d’elle-même, l’auteure discute des enjeux liés à son peuple sans rancune, sans accusation, dans le simple but d’entamer le dialogue. Gagnante au Prix littéraire des collégiens 2020, l’œuvre illustre aussi les liens qu’a Fontaine avec sa langue natale et le français. De quoi s’ouvrir davantage le cœur aux réalités autochtones.


Ce ne sont que quelques suggestions parmi des milliers d’œuvres remarquables qui ne font que prouver encore et encore du talent littéraire dont nous disposons au Québec. Je vous recommende de consulter la liste des finalistes du Prix des libraires 2021, ainsi que les œuvres en lice pour le Prix littéraire des collégiens 2021 (ou celles des années passées). 

Je vous encourage fortement à supporter nos librairies indépendantes et québécoises en magasinant vos prochains bouquins à déguster.

Mackenzie Sanche

Une amoureuse des arts, de l'écriture, de la photographie et de la vidéo, sans oublier des animaux et de la nature, Mackenzie vient tout juste de terminer ses études collégiales en journalisme et continue son parcours à l'Université Concordia. Elle cherche tout simplement à vivre de ses passions et à relever de nouveaux défis.

Précédent

Louis-Jean Cormier réalise un rêve de la dernière année

District 31 : des visites qui ont fait jaser

Suivant