Crédit photo :

La série de Léa Olivier disponible dans quatre pays francophones

| | , ,

Le succès qu’a connu la télésérie La vie compliquée de Léa Olivier au Québec aura prochainement l’occasion de se transposer à la grandeur du monde francophone. Comme l’ont annoncé plusieurs médias québécois durant la journée de lundi, les aventures de l’adolescente commencent à être diffusées sur la chaîne française Teletoon+.

Teletoon+, qui est en fait une subdivision jeunesse du géant français Canal+, peut être visionnée à partir de quatre pays différents. C’est pourquoi les jeunes grandissants en France, en Suisse, en Belgique et même à Haïti pourront se mettre sous la dent 12 épisodes de 22 minutes chacun.

Le premier a d’ailleurs été diffusé samedi dernier – et les plus impatients peuvent les visionner sur demande à l’aide du service MyCANAL.

Comptant sur une jeune distribution qui s’amuse tout en tournant, la série dont la scénarisation et la production sont respectivement assurées par Martin Cadotte et Rachel Cardillo est menée par la comédienne Laurence Deschênes, qui est elle-même soutenue par Thomas Delorme, Léanne Désilets, Sam-Éloi Girard, Laurie Babin et Karl-Antoine Suprice.

Laurence Deschênes et Karl-Antoine Suprice se sont tous les deux déjà confiés à l’équipe de Projection Culturel sur leur parcours dans le monde télévisuel québécois. Intéressé.e? Elles sont toutes les deux disponibles.

La série, produite par Encore Télévision ainsi que Slalom et disponible depuis environ un an sur le Club Illico, est partie de l’idée originale de la série de romans du même nom de Catherine Girard-Audet. Elle « raconte les hauts et les bas d’une adolescente qui doit apprivoiser une nouvelle école et une nouvelle ville, Montréal », comme le résume judicieusement Charles-Éric Blais-Poulin de La Presse.

William Thériault

William est un véritable passionné d'actualité et d'information. Rêveur se démenant au quotidien, il a le journalisme pour vocation. Couvrir la culture, c'est un moyen de sortir de sa zone de confort.

Précédent

Une rappeuse montréalaise remporte le Prix de la musique Noire canadienne

SITKA : le nouvel album rafraichissant d’Andréanne A. Malette

Suivant