Crédit photo :

« Diva » : collaboration entre Denyzee et Kingdom Street

| | ,

La youtubeuse française Denyzee et la formation québécoise Kingdom Street sortent leur collaboration musicale « Diva ». Le vidéoclip est maintenant disponible sur la chaine YouTube de Denyzee, en compagnie d’un vidéo spécial dans les coulisses qui explique le processus de la chanson.

Entre pure folie et coup de génie, il y a Denyzee. Delphine Giuliano est une youtubeuse française, qui vit au Québec depuis maintenant huit ans. Elle crée du contenu humoristique sur toutes sortes de sujets, dont les différences France-Québec. Denyzee est aussi connue pour ses expériences loufoques du style défi 24 heures.

Dans sa vidéo de dimanche dernier, Denyzee s’est posé le défi de créer une chanson en 24 heures. Pour réaliser ce défi, elle a fait appel à la formation québécoise Kingdom Street. Dans ce premier vidéo, on voit le processus de la chanson : trouver la mélodie, écrire les paroles, enregistrer la musique. Dans cet échange créatif avec le groupe, la chanson « Diva » a vu le jour.

Denyzee a mis le paquet pour la chanson « Diva » avec un vidéoclip réalisé par Carlos Guerra. L’ambiance est à la fête avec Delphine et les membres de kingdom Street, Patrick Donovan et Pamela Lajoie. Le trio s’affiche dans plusieurs styles vestimentaires, tous les costumes sont uniques et colorés. « Tata Dédé », comme l’appellent ses fans, a des airs de superstar avec ses tenues de soirée, ce qui se prête à la thématique de la chanson.


On découvre une chanson rythmée, avec des paroles qui nous accrochent dans la tête après l’écoute. Le style de Denyzee est coloré et énergétique, sa chanson l’est tout autant. C’est un clip plaisant et fait pour bouger. On peut retrouver la chanson sur toutes les plateformes de streaming dès demain !

Une collaboration de Florence Fortin-Giasson

Projection · Culturel

Projection · Culturel est une entreprise médiatique qui a pour objectif de mettre de l’avant les différents artistes de chez-nous. Ce site web vous permettra d’en apprendre davantage sur le paysage culturel québécois.

Précédent

Un premier EP pour René-Charles Angélil

Kareem : composer pour sensibiliser

Suivant