On se souvient : la tragédie de Polytechnique

Scène Polytechnique
© letterboxd.com

On se souvient : la tragédie de Polytechnique

Le 6 décembre 1989 a marqué à tout jamais le Québec. Chaque année, on se souvient des 14 femmes qui ont perdu leur vie lors de ce féminicide. Pour l’occasion, l’équipe de Projection Culturel souhaite présenter le film de Denis Villeneuve, Polytechnique, sorti en 2009.

Face aux tragédies, l’être humain essaie de représenter cet événement historique à travers la culture et l’art. C’est important de se souvenir et de préserver notre mémoire pour permettre à notre société de continuer malgré l’adversité. Un moyen pour faire rappeler est le cinéma. Le film Polytechnique n’est pas plaisant à regarder, mais il est fort important pour avancer.

© Alliance Vivafilm

En 2009, lors du vingtième anniversaire de la tuerie, le cinéaste Denis Villeneuve a réalisé le film sur les événements tragiques. Tourné en noir et blanc, on suit le point de vue de deux étudiants Valérie et Jean-François, mais également du tueur. On suit leur vision lors de cette journée macabre. Le scénario a été basé sur les témoignages des survivants du massacre de 1989.

Le film est très cru, intense et factuel. Villeneuve ne tente pas de créer une réalité romancée ou spectaculaire de l’histoire. On ne nomme pas une fois le nom du tueur pour éviter sa glorification. L’œuvre comprend des scènes de violences, des chocs et des images graphiques. Cela traite également de sujets très sensibles comme la santé mentale, la misogynie et le suicide.

La distribution comprend Karine Vanasse (Valérie), Sébastien Huberneau (Jean-François) et Evelyne Brochu (Stéphanie). Lors du générique, on voit que l’acteur Maxim Gaudette interprète le tueur. Denis Villeneuve a gagné le prix du meilleur réalisateur au prix Iris en 2009 après une absence de neuf ans dans le métier. La famille des victimes a vu le film avant sa sortie, et ils ont donné leur accord pour la diffusion.


Le film est disponible en ligne sur iTunes.

Florence Fortin-Giasson

Détentrice d’un bac et d’un certificat en histoire et en communication à l’UdeS, Florence adore apprendre sur toute sorte de sujets. Fan de voyage, cinéma, art et de vintage, elle se lance dans divers projets pour promouvoir la culture et la mémoire québécoise

Précédent

Marie-Ève Laure : un parcours bien particulier

Gabrielle Nogue : « La confiance qui me manquait, c’est La Voix qui me l’a apporté »

Suivant