Crédit photo :

Marie-Ève Laure : un parcours bien particulier

| | ,

Active sur la scène québécoise depuis près de 10 ans, l’autrice-compositrice-interprète originaire de Ste-Thérèse, Marie-Ève Laure compte actuellement plusieurs expériences enrichissantes à son actif. Passionnée par le voyage et la musique, ce serait un rêve pour cette dernière de pouvoir combiner les deux.

Impliquée dans le monde musical depuis près de 10 ans aujourd’hui, c’est en 2010 que l’artiste a décroché son premier contrat professionnel. Or, elle a ensuite commencé à accumuler diverses expériences très importantes dans son cheminement de carrière.  

« J’ai eu mon tout premier contrat en musique lorsque j’étais au Cégep. J’ai eu une offre de contrat à l’international que je n’ai pu refuser. J’ai chanté au Moyen-Orient, à Oman, à Dubaï et dans plusieurs autres pays et je considère que ç’a été mon entrée dans le milieu artistique. » 

Marie-Ève Laure en entrevue avec Projection Culturel

Voyage hors de l’ordinaire, cette expérience a été très importante au début de la carrière de la principale intéressée. Lors de son retour au Québec, son intégration dans le milieu artistique québécois a été beaucoup plus difficile qu’elle n’aurait pu l’imaginer. Défi de taille, elle a su, au fil des années, se tailler une place dans le milieu. « Lorsqu’on part à l’international, il devient extrêmement difficile de se faire un nom ici, au Québec. Quand on revient, ça prend près de trois ans pour se faire connaître. Je suis revenue du Moyen-Orient en 2013 pour ensuite enseigner dans les écoles et faire La Voix en 2016. Une expérience qui m’a permis de vivre un parcours inoubliable, mais qui m’a surtout inspiré à réécrire des chansons », a-t-elle expliqué.

« J’ai décidé qu’en écrivant mes propres chansons, j’allais continuer mon parcours. » 

Marie-Ève Laure en entrevue avec Projection Culturel

En liste à l’ADISQ dans la catégorie de l’album country de l’année en 2019, pour sa toute première nomination en carrière, grâce à son album Onze, deux véritables rêves qui se sont concrétisés en si peu de temps pour la jeune femme. « Dans le contexte pandémique, cette nomination-là me donne une tape dans le dos en plus de m’inspirer et me motiver énormément. Actuellement, nous n’avons plus de spectacles et ça fait 10 mois qu’on n’a pas vraiment eu de retour de notre public. On ne sait pas si notre projet est bien accueilli de notre public », a souligné Marie-Ève Laure.

« La reconnaissance de cet album à l’ADISQ me fait chaud au cœur et me pousse à continuer. » 

Marie-Ève Laure en entrevue avec Projection Culturel

Souhaitant plus que tout au monde faire carrière dans cette industrie, l’autrice-compositrice-interprète profite d’un véritable rayonnement depuis sa sortie en août 2019, l’album Onze de Marie-Ève Laure a une signification bien spéciale dans le parcours de l’artiste. « J’ai lancé mon album Onze, parce qu’il y a 11 chansons que j’ai écrites sur un même territoire, soit la Gaspésie qui est la 11e région administrative du Québec. J’ai écrit ses chansons pendant un roadtrip. Chacun des titres a un rapport avec la région de la Gaspésie, ce qui était très important pour moi », a-t-elle mentionné.

Véritable exploratrice, la Madelinienne ne regrette pas son choix de s’être exilé à l’international pour le début de sa carrière. Même qu’elle souhaiterait pouvoir revivre ses expériences tout en voyageant avec ses créations. « Ce n’est pas évident de se bâtir ici au Québec lorsqu’on veut aller ailleurs. De voyager à travers le monde, avec mes chansons et être connus comme autrice-compositrice-interprète, c’est inexplicable. Si je peux réussir à faire voyager ma musique, en faisant en sorte que ce ne soit pas juste moi qui voyage, ce serait mission accomplie », tenait-elle à ajouter.

Des traditions de Noël 

Le 16 novembre dernier, l’artiste a refait surface sur les plateformes numériques avec une nouvelle chanson du temps des Fêtes. En collaboration avec Likko, « Rouge et vert » devient la toute première apparition en carrière de Marie-Ève Laure sur un morceau de Noël. « Il nait avec ce projet-là un artiste émergent qui mérite d’être écouté. Le confinement lui a donné le temps d’écrire un EP de Noël dont le premier extrait était « Rouge et vert ». On avait collaboré ensemble sur d’autres projets. Quand j’ai écouté la chanson pour la première fois, j’avais le sourire étampé dans la face tout le long. C’était une belle session de studio ensemble et ça la donné un résultat incroyable. Je n’ai aucun doute que ça va super bien traverser les années », Marie-Ève Laure.

« Cette offre-là m’est venue sur un plateau d’argent. Likko m’a apporté son projet et c’est exactement ce que je visais lorsque je pensais à un morceau de Noël. » 

Marie-Ève Laure en entrevue avec Projection Culturel

Fan de Noël, c’est un temps des Fêtes bien particulier que vivront les Québécois et Québécoises. Dans le cas de l’interprète, les traditions seront bien différentes cette année qu’à l’habitude. « Noël pour moi, ça l’a toujours été directement relié à la famille. Quand on est petit, c’est tellement familial que ça reste toujours au fil des années. On va faire un confinement pour se retrouver tous ensemble le jour de Noël. Pour moi, ça va être la première année que je ne chanterai pas à Noël. Habituellement, je suis toujours en résidence avec les personnes âgées. C’est une clientèle que j’adore et ça me fait un pincement au cœur de ne pas pouvoir être avec eux, mais on doit faire attention à soi », a conclu Marie-Ève Laure.

« Cette année, je vais offrir un spectacle en toute intimité à ma famille. » 

Marie-Ève Laure en entrevue avec Projection Cullturel

La Madelinienne d’adoption enregistre actuellement un 2e album qui devrait sortir dans les prochains mois. 

Jean-Simon Marchand

La culture québécoise, c’est sa passion. Que ce soit en musique, humour, télévision ou même cinéma, Jean-Simon est toujours présent lorsqu’il s’agit de quelque chose touchant le monde artistique québécois. Passionné par le monde du showbizz, il ne fait que transmettre ce qui le passionne.

Précédent

Un spectacle aux allures du temps des Fêtes pour Guylaine Tanguay

Gabrielle Nogue : « La confiance qui me manquait, c’est La Voix qui me l’a apporté »

Suivant