L’amour du théâtre entre le Québec et la Martinique

NTE
© NTE et Tropiques atrium

L’amour du théâtre entre le Québec et la Martinique

Des râleurs, des chialeurs, il y en a partout dans le monde. Qu’arrive-t-il quand ces râleurs investissent la place publique? Qu’arrive-t-il lorsque nous choisissons d’utiliser le théâtre comme outil de communion entre deux communautés? C’est le pari qu’ont pris Daniel Brière et le Nouveau Théâtre Expérimental (NTE) avec la pièce Entends-tu ce que je te dis ? Kouté mwen titak ! qui sera rendue disponible en ligne gratuitement à partir d’aujourd’hui.

Réunissant des créateurs du Québec et de la Martinique, cette pièce s’articulait d’abord autour d’un projet qui devait être présenté en salle à L’Espace Libre. COVID oblige, la pièce s’est adaptée et est maintenant prête à être mise en ligne. 

Daniel Brière, réalisateur et metteur en scène du projet, a remarqué au fil du travail que les chialeurs (comme on les surnomme ici) sont vraiment différents au Québec et en Martinique. On sent, entre autres, dans les textes martiniquais, un grand besoin d’émancipation, surtout de la part des femmes.

La pièce a aussi une structure de texte extrêmement intéressante étant donné que des accents français, québécois et créoles s’y mélangent. Il y a entre autres quatre monologues qui ont été écrits par quatre auteurs différents, soit Alexis Martin et Gabrielle Chapdelaine pour le Québec et Daniely Francisque et Bernard Gaétan Lagier pour la Martinique.

En passant des problèmes d’une jeune étudiante en quête d’amour et de reconnaissance aux enjeux d’un décrocheur universitaire, le spectacle nous fait voyager entre deux pays aux milles couleurs et aux habitants qui en ont long à dire.

© NTE et Tropiques atrium
Flavie Boivin-Côté

L'art a toujours fait partie de sa vie. Âme sensible et passionnée de culture, Flavie étudie la création littéraire, les communications et le théâtre aux niveaux collégial et universitaire. Passionnée d'écriture et de théâtre, le journalisme culturel est une seconde nature chez elle.

Précédent

Gabriel Filippi: plus qu’un alpiniste

Samedi sucrerie avec Mackenzie : les classiques brownies revisités

Suivant