Léonides : l’art d’ouvrir ses horizons

Mathieu Bourret
© Mathieu Bourret

Léonides : l’art d’ouvrir ses horizons

Léonides, c’est le nom du premier microalbum instrumental qu’a dévoilé le pianiste-compositeur, Mathieu Bourret. Âgé de 33 ans, l’artiste aspire à sortir un EP par saison, qui signera la sortie de son premier gros projet à vie, Le Climatologue.

Sorti en septembre dernier, Léonides cache derrière elle la pluie d’étoiles filantes qu’on retrouve au mois de novembre. Très spontané, c’est de la pièce titre de son tout premier projet que s’est inspiré l’artiste pour la création de son EP.

À fond dans ce projet depuis plusieurs mois, le pianiste a pris l’initiative de s’y livrer corps et âme dans le but d’y révéler qui il était réellement. « C’était une année de création très personnelle et très émotive. Il n’y avait pas de mur entre le piano et moi. Ce qu’on entend, c’est totalement qui je suis dans la vulnérabilité et l’authenticité que je suis. Je donne accès à mon univers », a-t-il souligné.

« Il y a eu une très bonne réception sur Spotify. Ça reste un tremplin pour se faire connaitre. De plus, ce qui est intéressant c’est qu’avec la musique instrumentale, il n’y a pas de frontière et pas de barrière. Elle peut être écoutée partout. »

Mathieu Bourret en entrevue avec Projection Culturel

Divisé en quatre microalbums, Le Climatologue deviendra au final le plus grand projet du pianiste-compositeur. « Je crois qu’il porte bien son nom, parce que je m’inspire de la nature et de l’environnement humain », a expliqué Mathieu.

Son plan est beaucoup plus réfléchi qu’on le pense : l’idée de diviser cet album en quatre EP est initialement très stratégique. « On est dans un monde dans lequel on consomme beaucoup de musique. Trois à quatre mois peuvent être suffisants pour oublier un album. En sortant un EP par saison, ça va empêcher les gens d’oublier ce projet », souligne-t-il.

Léonides
© Mathieu Bourret / Léonides

Alors qu’il s’est en quelque sorte dévoilé en tant que pianiste-compositeur pour sa toute première fois en carrière au grand public, en septembre dernier, l’artiste de 33 ans se dit très critique envers lui-même. « Je n’ai rien d’autre à donner parce que c’est ce que je suis réellement », a renchéri le pianiste.

« Qu’on aime ou qu’on n’aime pas, ça m’importe peu. »

Mathieu Bourret en entrevue avec Projection Culturel

Au même titre que plusieurs artistes de l’industrie, Mathieu Bourret désire aspirer à l’atteinte de ses différents objectifs. Des objectifs dont il rêve depuis qu’il est tout jeune. « La vérité, c’est qu’un jour, j’aimerais pouvoir faire des tournées avec ma musique. Signer des musiques de film est un objectif personnel », a-t-il ajouté.

« Tout ce que j’ai fait dans ma vie m’a amené à créer de cette façon-là. C’est un bagage de vie. Toute cette expérience accumulée fait de moi aujourd’hui la personne que je suis. »

Mathieu Bourret en entrevue avec Projection Culturel

Comptant de nombreuses expériences à son actif, le professeur est impliqué dans ce milieu depuis qu’il est tout jeune. Alors qu’il avait peur de se lancer dans cette vulnérabilité-là, ce dernier a fait preuve de courage en fonçant et surmontant son orgueil. Un choix qui s’est avéré positif. « C’était vraiment de me faire du bien. C’était une forme de thérapie et une occasion pour moi de faire des titres qui peuvent inspirer les autres. Ça m’a aussi permis de rencontrer cette fille extraordinaire qui est devenue ma blonde et ma gérante, et de rencontrer d’autres gens qui ont cru en moi et mon projet », a-t-il renchéri.

Le EP d’hiver, qui signera le deuxième microalbum du projet de Mathieu Bourret est attendu pour février 2021. Pour le moment, Léonides est disponible sur les différentes plateformes de diffusion en ligne.

Jean-Simon Marchand

La culture québécoise, c’est sa passion. Que ce soit en musique, humour, télévision ou même cinéma, Jean-Simon est toujours présent lorsqu’il s’agit de quelque chose touchant le monde artistique québécois. Passionné par le monde du showbizz, il ne fait que transmettre ce qui le passionne.

Précédent

La Fièvre: prédestinées à faire danser !

De la magie à distance

Suivant