Des prix pour la danse à Montréal

Rhodnie Désir
© Les Prix de la danse de Montréal

Des prix pour la danse à Montréal

Huit gagnants des Prix de la danse de Montréal, créés par Marie Chouinard, ont été couronnés pour leur talent en danse et en chorégraphie hier soir.

« [Cet] événement est l’occasion d’applaudir l’excellence des artistes en danse qui se sont produits sur les scènes montréalaises et de réaffirmer le dynamisme de Montréal comme capitale de la danse, ainsi que son rayonnement à l’échelle internationale. »

Site web des Prix de la danse de Montréal

C’est exactement ce qui s’est passé hier soir, via Zoom. Rhodnie Désir, Ethel Bruneau, Chi Long, Caroline Laurin-Beaucage, 7Starr, Les Ballets Jazz de Montréal (BJM), Parise Mongrain et Linda Rabin se sont démarqués dans la dernières année et ont été récompensés. 

Voici un petit résumé de chacun des lauréats, de leurs catégories et de leurs œuvres. De quoi découvrir du beau talent, si vous ne les connaissiez pas déjà !

Rhodnie Désir

Elle a personnellement gagné le Grand Prix de la danse de Montréal en tant que chorégraphe, directrice artistique et interprète de la danse, en plus de remporter avec sa compagnie Rhodnie Désir Créations le prix Envol, pour la diversité culturelle et les pratiques inclusives en danse.

« Performeuse d’une grande puissance, profonde et ancrée, elle creuse en elle-même au-delà de l’évidence, avec persévérance et conviction. À travers ses créations, elle nous rappelle le potentiel politique de la danse. Son engagement est tel qu’il n’existe aucune séparation entre l’artistique et le politique », a souligné le jury.

Ethel Bruneau

Gagnante du Prix Ethel Bruneau, cette artiste et pédagogue se spécialise en danse claquette, ayant même donné sa propre couleur à ce style reconnu de danse. Elle a cessé ses activités en 2019, après avoir œuvré depuis 1953 dans ce domaine à Montréal, nous partageant son amour de cet art pendant tant d’années.

Chi Long

Cette interprète indépendante a reçu le Prix de la danse de Montréal dans la catégorie Interprète. Arrivée à Montréal dès l’âge de 19 ans, elle ne fait que rayonner du haut de ses 30 ans de travail ardu dans le domaine.

« D’une profonde humilité, elle se transforme au gré de chaque univers qu’elle finit par transcender. Dans son mouvement, on perçoit le poids du temps, le cumul des expériences. À travers sa danse, l’œuvre se révèle. Comme spectateurs, elle nous transforme… »

Description de Chi Long sur le site des Prix

Caroline Laurin-Beaucage

Caroline Laurin-Beaucage est la lauréate du Prix du CALQ pour la meilleure œuvre chorégraphique de la saison artistique pour son œuvre Intérieurs. L’œuvre de cette chorégraphe, interprète et enseignante de danse en a captivé plus d’un, incluant le jury des Prix de la danse.

« Mariant chorégraphie, bande sonore et projections vidéo de façon réussie, le spectacle nous invite à un fascinant voyage intérieur. Tel un journal intime rempli de moments sublimes et poétiques, l’œuvre se déploie en laissant transparaître une grande sensibilité féminine et personnelle », selon le jury réuni par le Conseil des arts et des lettres du Québec.

7Starr

Chorégraphe et interprète, Vladimir Laurore, connu sous le nom de 7Starr, s’est mérité le prix de la catégorie Découverte. Il a su surprendre le public dans la dernière année pour ses incroyables performances. Il a d’ailleurs co-fondé la première troupe de krump au Canada : le Bzerk Squad.

« Il a aussi été redécouvert par ceux qui le connaissaient déjà. Sur scène, il porte tout son bagage et demeure dans le ressenti. En lui s’opère la métamorphose. Sa danse, unique, a aussi une portée politique », le décrit-on sur le site du Prix.

BJM – Les Ballets Jazz de Montréal

La compagnie reçoit son prix dans la catégorie diffusion internationale pour sa tournée dans 21 villes de 6 pays différents de juillet à décembre 2019. 

« Toutes les œuvres conçues pour les BJM ont pour fil conducteur une esthétique exerçant une influence positive. Avec l’accessibilité et la qualité comme valeurs-clés de sa démarche, la compagnie réussit à allier plaisir et créations fortes, expressives et exigeantes. La personnalité distincte et le haut calibre de ses artistes-interprètes assurent son succès et son rayonnement. »

Site web des Prix de la danse de Montréal

C’est leur production de Dance Me, produite sur l’œuvre de Leonard Cohen, qui leur a permis de se démarquer de par leur innovation et leur travail d’équipe.

Parise Mongrain

Non, ce ne sont pas que des chorégraphes et interprètes qui se méritent des Prix de la danse. Ceux qui sont en coulisses sont aussi couronnés par cette soirée d’honneur. C’est le cas de la gestionnaire culturelle Parise Mongrain, décrite ainsi par le jury :

« Femme d’une grande loyauté, visionnaire dotée d’un leadership fondé sur la bienveillance et la rigueur, Parise Mongrain a su, au fil des années, s’imposer comme un pilier de notre communauté. Toujours soucieuse du bien-être des artistes, elle n’a jamais hésité à monter au front et à mener quelques importants combats pour répondre aux besoins des danseurs (et maintenant d’artistes d’autres disciplines également) afin que leur voix soit entendue et prise en considération. »

Linda Rabin

Cette enseignante en éducation somatique remporte dans la catégorie Contribution exceptionnelle. Selon les Prix de la danse : « Son enseignement puise dans les approches somatiques, la danse, les exercices de voix et de théâtre. Elle accompagne des artistes de tous les milieux dans leur cheminement personnel et créatif. Les stages qu’elle offre en Continuum, une pratique qui figure maintenant au cœur de sa démarche, sont appréciés autant à Montréal qu’à l’international. »

Un immense merci à ces huit lauréats qui participent considérablement à la scène culturelle montréalaise grâce à leur amour de la danse et à leur dévouement. Félicitations à tous!

Pour en savoir plus sur ces artistes et leur description complète, vous pouvez cliquer ici.

Mackenzie Sanche

Une amoureuse des arts, de l'écriture, de la photographie et de la vidéo, sans oublier des animaux et de la nature, Mackenzie vient tout juste de terminer ses études collégiales en journalisme et continue son parcours à l'Université Concordia. Elle cherche tout simplement à vivre de ses passions et à relever de nouveaux défis.

Précédent

Eli Rose : douce et envoutante révélation

Du théâtre à découvrir en ligne

Suivant