Samian dénonce un génocide autochtone dans sa nouvelle chanson

Samian
© Musique Nomade

Samian dénonce un génocide autochtone dans sa nouvelle chanson

Les récents événements entourant la condition des autochtones en sol canadien – à savoir la mort tragique et injuste de Joyce Echaquan – ont été la goutte qui a fait déborder le vase pour Samian. Le rappeur aux origines Abitibiwinni a devancé la sortie d’un clip qui devait seulement être publié en 2021 pour apporter son support aux Premières Nations en ces temps plus que difficiles.

Génocide, comme le décrit si bien Radio-Canada, « est une dénonciation sans détour et un cri du cœur au sujet de la situation des Autochtones au Canada ». On y sent la terrible souffrance ressenti par Samian, qui a pour coutume de prendre la défense des siens dans ses œuvres.

Ayant sorti son premier album Face à soi-même en 2007, l’artiste natif d’Amos en Abiti-Témiscamingue a déjà traité de la question autochtone à plusieurs reprises dans ses chansons. Son titre le plus connu en carrière, La paix des braves a d’ailleurs été co-réalisé avec Loco Locass pour prôner une paix entre francophones et Premières Nations.

Jumelant français et algonquin sur une trame combinant mélodie agressive et porteuse de message à des voix de fond vraisemblablement amérindiennes, Samian y va d’un appel à la raison senti.

Comptant près de 6 500 visionnements depuis sa sortie vendredi dernier, le vidéoclip de Génocide met en vedette Samian ainsi que Jeffrey Papatie et Megis Ottawa, deux membres des communautés autochtones.

Le chanteur de 37 ans voit cette production comme un moyen de dénoncer la manière dont la Constitution canadienne encourage le racisme systémique, comme il l’a confié en entrevue radiophonique sur les ondes d’ICI Première.

« Il faut mettre les pendules à l’heure. Il faut arrêter de dire que le racisme systémique n’existe pas, alors que la Constitution canadienne est faite pour établir un racisme systémique. »

– Samian

Il y sert plusieurs lignes qui parlent, comme celle qui suit :

« L’interdiction de parler nos langues, c’est un génocide. Tuer l’indien à l’intérieur de l’être humain, c’est un génocide. Voler et vendre des enfants, c’est un génocide. Les femmes autochtones disparues et assassinées, c’est un génocide. La constitution canadienne est un génocide. »

– Samian, dans Génocide

Et ça fait réfléchir.

William Thériault

Passionné d’écriture, il adore produire des textes journalistiques et rencontrer des artistes du milieu. En plus de superviser la production du contenu du site, il couvre avec précision l’actualité culturelle québécoise, tout en s’assurant de fournir le contenu le plus authentique possible aux lecteurs.

Précédent

Étienne Coppée: la musique dont nous avons besoin

Presque trop, un documentaire touchant et inspirant à voir absolument

Suivant