Presque trop, un documentaire touchant et inspirant à voir absolument

©Presque trop / Netflix
©Presque trop / Netflix

Presque trop, un documentaire touchant et inspirant à voir absolument

Ils sauront vous toucher, vous faire rire, vous faire pleurer. À coup sûr, ils vous feront rêver. Découvrez le documentaire intimiste Presque trop, disponible depuis le 8 octobre sur Netflix, qui suit le parcours semé d’embûches et l’ascension au sommet du duo de rappeurs français, mais frères avant tout, Bigflo et Oli, alors qu’ils poursuivent leur rêve de gamins : vivre de leur passion, le rap.

Nés de parents argentins, Florian et Olivio Ordonez, plus connus aujourd’hui sous le nom de Bigflo et Oli, ont vécu une enfance modeste à Toulouse. Élevés à travers la musique depuis un tout jeune âge, leur père étant lui-même musicien, les deux frères se sont toutefois intéressés à une autre forme de musique : le rap.

Lors de leur adolescence, Bigflo et Oli se produisaient déjà dans les clubs et les boîtes de nuit de leur ville d’adoption et c’est à ce moment qu’ils ont réellement développé une passion pour la scène.

Un rêve de gamin qui se réalise

Avançons de quelques années dans le temps, de sept plus précisément, et les deux frères connaissent déjà un succès retentissant à travers toute la francophonie. Si leur premier album, La cour des grands, les a fait découvrir au plus grand nombre, leur deuxième album intitulé La vraie vie les fait totalement exploser sur la scène du rap français. S’ensuit ensuite une tournée des zéniths autour de la France et dans le reste de la francophonie, une tournée acclamée par les critiques ainsi que leurs nombreux fans connus sous le nom de Visionnaires.

Le documentaire se concentre cependant sur la tournée suivant la sortie de leur troisième album, La vie de rêve. On suit alors les deux frères à travers leurs incertitudes, leurs insécurités et leurs remises en question. En plus de nous offrir des coulisses de la tournée, le documentaire nous fait découvrir le côté humain de Bigflo et Oli, eux qui, même à 26 et 23 ans respectivement, sont avant tout des gamins qui vivent de leur passion.

Le Stadium de Toulouse, leur consécration

Le point fort du documentaire représente sans équivoque la consécration du succès de Bigflo et Oli à leurs propres yeux, soit le fait de se produire sur scène au Stadium de Toulouse, le stade de leur enfance. Ce stade représente tout pour eux : leur amour pour leur ville d’adoption, la fidélité de leurs fans ainsi que la consécration après des années à trimer dur. Avant le spectacle, on les voit très émotifs. Ils se disent : « Peu importe ce qui arrivera, on l’aura fait. » Après le show, on les voit exploser en larmes, sans filtre, alors qu’ils viennent de réaliser leur rêve de gamin.

Quelques mois après le succès retentissant des deux dates à Toulouse, Bigflo et Oli réalisent un autre rêve : faire un spectacle devant salle comble à La Défense Aréna de Paris, rien de moins que la plus grande salle d’Europe, avec une capacité de plus de 40 000 personnes. Ce spectacle au profit du Secours populaire, une œuvre caritative locale, leur a permis de récolter plus de 250 000 euros en dons pour la charité. Cependant, typique de Bigflo et Oli, ce montant n’est pas assez élevé à leur goût. De ce fait, ils donnent 250 000 euros de leurs propres poches pour mener le montant à un demi-million d’euros pour le Secours populaire. Cela en dit long sur leur empathie et leur générosité qui est mise en évidence à maintes reprises durant le documentaire.

Le documentaire se conclut sur une phrase de Bigflo qui fait grandement réfléchir : « Réaliser un rêve, c’est le tuer en fait. Qu’est-ce qu’on va faire après? ».

Bref, Presque trop est un documentaire intimiste, touchant, émouvant et inspirant qui saura plaire à tous, fans de rap ou non.

Alexis Savoie

Présentement étudiant en Communication à l'Université de Sherbrooke, Alexis a toujours affectionné l'écriture. Passionné de littérature, de cinéma, de musique et d'art, il souhaite avant tout partager son amour de l'univers culturel québécois.

Précédent

Samian dénonce un génocide autochtone dans sa nouvelle chanson

Le Blues du Businessman, version améliorée!

Suivant