Pierre-Alexis St-Georges : un acteur de cœur

Pierre-Alexis St-Georges
© Clash / Facebook

Pierre-Alexis St-Georges : un acteur de cœur

Le jeune comédien québécois Pierre-Alexis St-Georges sera à surveiller de près d’ici les prochaines années. Alors qu’une grande partie du Québec a pu le découvrir pour son rôle de Philippe Brodeur dans la télésérie Clash, ce dernier s’est également vu remettre son premier prix Gémeau de sa jeune carrière dans la catégorie meilleur acteur de soutien.

Ancien étudiant de l’école nationale de théâtre et véritable passionné de l’art du cinéma, Pierre-Alexis complète jusqu’à maintenant une fiche de route plus que remarquable. Incarnant le personnage de Philippe Brodeur dans la série Clash, ce dernier admet que si on le reconnait pour le personnage qu’on voit à l’écran, c’est en quelque sorte une réussite.

De plus, entre les scènes sur le plateau de tournage de Clash, Pierre-Alexis reste dans la peau du personnage. S’inspirant de la technique méthode, l’acteur est pour lui secondaire, il doit s’immerger dans la peau du personnage et son texte.

« Mon travail c’est d’être oublié, ce n’est pas d’être reconnu dans la rue. Quand on écoute Clash, c’est le personnage qu’on voit, ce n’est pas Pierre-Alexis St-Georges qui joue la comédie. Dans mon approche d’acteur, je ne veux pas qu’on voit l’acteur, mais bien le personnage. »

Pierre-Alexis St-Georges en entrevue avec Projection Culturel

Pierre-Alexis souhaite connecter et échanger avec son audience. Dans la télésérie Clash, il interprète un personnage avec un trouble du spectre de l’autisme. Ayant lui-même un frère atteint d’autisme, le personnage de Philippe Brodeur se doit d’être absolument authentique et non plongé dans le stéréotype.

Quand Pierre-Alexis pense à son frère, il voit bien plus qu’un trouble de l’autisme. Dans sa position privilégiée de comédien, Pierre-Alexis ressent une obligation, envers les personnes autistes et leurs familles, de les représenter avec un immense respect. Pour lui, un rôle comme Philippe est plus grand que lui, il se doit de montrer au téléspectateur une image réelle.

« Ce n’est pas toi l’important, c’est le personnage. Tu ne comptes pas, tu es là pour servir le personnage ou l’œuvre. Tu dois quelque chose aux travailleurs sociaux, puis aux éducateurs spécialisés, aux familles et aux personnes autistes. Tu représentes ce qu’ils vivent au quotidien. Tu as une responsabilité. »

Pierre-Alexis St-Georges en entrevue avec Projection Culturel
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Pierre-aLEXIS.jpg.
© Clash / Facebook

L’acteur a également un grand respect pour ses collègues et l’équipe de tournage de Clash. Son expérience sur le plateau est agréable et très marquante entre autres grâce à la confiance qui règne entre les acteurs. De plus, sa relation avec les membres de la production permet aussi une liberté créative et représente un véritable défi professionnel.

« C’était une discussion entre moi et le réalisateur sur l’approche du scénario. C’est plaisant parce que l’autrice a écrit un personnage, puis elle a fait ses recherches. Elle est sensible à ça. On a pris le temps de comprendre le personnage. Sur le plateau, il y avait un respect, du fait que je connaissais certaines choses à cause de mon frère. J’avais une liberté pour improviser ou apporter des tics. »

Pierre-Alexis St-Georges en entrevue avec Projection Culturel
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est PA.png.
© Clash / Facebook

Déjà récipiendaire d’un prix Gémeaux pour Meilleur rôle de soutien masculin dans une série, on risque de le revoir sur nos écrans prochainement. N’ayant toujours pas eu le temps de réaliser la portée de son accomplissement, Pierre-Alexis a tout de même tenu à remercier les femmes de son entourage.

« Quand j’ai entendu mon nom, je n’avais rien préparé, c’était un mini mode panique. Tu réalises que les gens te regardent. En parlant, les seuls noms qui me venaient en tête étaient des noms de femmes. Le discours est venu tout seul. »

Pierre-Alexis St-Georges en entrevue avec Projection Culturel

Pour le futur, le jeune comédien natif de Lévis se voit faire un peu de tout. Ce dernier dit ne pas avoir de genre préféré et laisse la porte ouverte aux différentes options (comédie, action ou drame). Si c’est possible, il se voit exporter sa carrière aux États-Unis ou en France. Cependant, le Québec sera toujours la place prioritaire. Pierre-Alexis n’est pas contre l’idée de tourner pour une autre série, où il pourrait s’immerger avec un personnage sur le long terme.


Questions rapides, tes collaborations de rêve ?

Réalisatrice québécoise : Anaïs Barbeau-Lavalette

Réalisateur québécois : Jean-Marc Vallée

Actrice québécoise : Suzanne Clément

Acteur québécois : Roy Dupuis

Actrice étrangère : Frances Mcdormand

Acteur étranger : Gérald Depardieu et Roman Duris


Les tournages de la troisième et ultime saison de Clash ont repris le 24 août dernier et le tout sera disponible en primeur dès janvier 2021 sur Crave et pendant l’été sur les ondes de VRAK.

Florence Fortin-Giasson

Détentrice d’un bac et d’un certificat en histoire et en communication à l’UdeS, Florence adore apprendre sur toute sorte de sujets. Fan de voyage, cinéma, art et de vintage, elle se lance dans divers projets pour promouvoir la culture et la mémoire québécoise

Précédent

Yoop : une semaine flamboyante

«Fais-moi briller», un morceau entraînant signé Benny Adam

Suivant