Étienne Coppée: la musique dont nous avons besoin

Étienne Coppée
© Étienne Coppée / Facebook

Étienne Coppée: la musique dont nous avons besoin

Le 25 septembre dernier, Étienne Coppée sortait son premier EP L’été indien de ta vie. Ce microalbum unique, bien construit et haut en couleurs nous fait découvrir un nouvel artiste qui, en plus d’être extrêmement talentueux, nous fait rêver. 

Ce jeune artiste originaire de Montréal et ayant fait l’École de la chanson de Granby nous arrive dans les oreilles comme le plus beau des vents de fraîcheur cet automne. Une voix douce accompagnée de guitare et de piano, des rythmes qui nous rappellent ceux des chansons d’Harmonium et des paroles qui nous donnent envie de rester jeunes encore longtemps.

C’est un EP qui calme nos angoisses et qui nous donne envie de voir des jours plus beaux. La voix aérienne d’Étienne Coppée amène immédiatement un bien-être à tous ceux qui écoutent sa musique unique. La poésie de l’artiste nous touche par sa grande nostalgie mais vient également calmer nos incertitudes. La musique d’Étienne Coppée, c’est le genre de musique qui s’écoute en fermant les yeux et en respirant un bon coup. On est complètement absorbé et on a la sensation précieuse de disparaître le temps de quelques chansons. 

Les différents vidéoclips liés au EP et qui ont été réalisés durant la première quarantaine, soit en mars dernier, sont réellement émouvants et porteurs d’espoir. L’amour et l’amitié qui perdurent au-delà de la distance et de l’isolement, la nostalgie des beaux jours et l’importance de s’entourer de gens qui nous font du bien y sont des thèmes récurrents. 

Nous n’avons assurément pas fini d’entendre parler d’Étienne Coppée et de sa musique exceptionnelle!

Flavie Boivin-Côté

L'art a toujours fait partie de sa vie. Âme sensible et passionnée de culture, Flavie étudie la création littéraire, les communications et le théâtre aux niveaux collégial et universitaire. Passionnée d'écriture et de théâtre, le journalisme culturel est une seconde nature chez elle.

Précédent

«Fais-moi briller», un morceau entraînant signé Benny Adam

Samian dénonce un génocide autochtone dans sa nouvelle chanson

Suivant