Ariane Roy: Poésie profonde sur fond lumineux

Ariane Roy
© Philippe St-Pierre

Ariane Roy: Poésie profonde sur fond lumineux

Ariane Roy est l’une des finalistes du concours des Francouvertes qui performera lors de la finale virtuelle du 2 novembre prochain. L’artiste profite d’un congé-création bien mérité à la suite de la semaine très chargée qui a suivi la demi-finale du concours mettant en lumière les talents de la relève musicale francophone actuelle. C’est avec une voix sereine, douce et familière qu’elle répond à nos questions visant à en apprendre plus sur qui est Ariane Roy comme artiste, mais aussi comme personne.

« J’ai commencé à jouer du violon à l’âge de 7 ans. La musique a toujours été dans ma vie. J’ai dû faire 7 ou 8 ans de violon puis je suis allée à la maîtrise en musique pour le primaire et le secondaire. Vous avez l’équivalent à Montréal; la Maîtrise des Petits Chanteurs du Mont Royal. C’est là-bas que j’ai découvert les différents styles de musique. J’y ai étudié le chant classique, les ensembles pop et aussi les comédies musicales. »

Ces années de formation semblent avoir été très importantes pour elle et elle m’en parle avec un sourire dans la voix. C’est fou de penser qu’aujourd’hui, elle a déjà plusieurs chansons derrière la cravate et une performance exceptionnelle aux demi-finales des Francouvertes. Je lui demande d’ailleurs comment s’est déroulée son expérience lors du concours de cette année.

« 2020 a vraiment été une année particulière pour moi, mais aussi pour le concours. À cause du confinement, le concours était fermé et il y a eu huit mois entre les préliminaires et les demi-finales. Ça a vraiment été un drôle de feeling de me replonger là-dedans après tant de temps. Huit mois c’est suffisamment de temps pour travailler sur mes chansons et en écrire de nouvelles, mais c’est aussi suffisamment de temps pour me sentir déconnectée du processus. Je m’étais inscrite au concours il y a deux ans mais je n’avais pas été sélectionnée et quand je regarde ça aujourd’hui, je me dis que c’est tant mieux parce que le projet n’était clairement pas abouti. »

Pour Ariane, tout est une question de timing. Il faut être déterminée et ne jamais laisser ce type de concours déterminer la valeur de notre travail; encore moins de notre personne. Ce qui est le plus grand défi d’une artiste selon elle, c’est le doute. Elle en est constamment la proie, surtout au début d’un projet.

« Je lance ma musique dans le monde et j’espère que ça va réussir à toucher les gens. Mais je me demande toujours si à quelque part ma musique est vraiment digne d’être écoutée. Je ressens le besoin d’exprimer quelque chose mais est-ce que je vais vraiment être entendue, être écoutée? »

Ariane Roy

Selon elle, il faut attendre que l’inspiration vienne tout en demeurant rigoureux. C’est pourquoi elle prend régulièrement l’habitude de s’isoler en campagne pour écrire et se concentrer sur ce qu’elle a envie de véhiculer à travers sa musique. Bien sûr, comme plusieurs artistes, Ariane Roy s’inspire de la musique qui la touche. Elle aime la tranquilité d’esprit et le laisser-aller de la chanteuse britannique Lianne La Havas, la voix légendaire d’Amy Winehouse et la poésie de Salomé Leclerc et de Daniel Bélanger. 

Pour elle, l’inspiration vient de ce qu’elle connaît. Le fait d’être une femme dans la vingtaine regorge d’histoires et d’émotions fortes. Elle s’inspire de ce qu’elle vit, de ce que les femmes autour d’elle vivent. Elle souhaite raconter des histoires touchantes et profondes en y amenant une légèreté sur fond lumineux. Un grand sentiment de ça va être correct m’explique-elle. 

Comme plusieurs artistes, Ariane Roy est révoltée par la crise que subit actuellement le monde de la culture. Elle trouve absurde que les rassemblements continuent d’être permis dans des lieux comme les centres d’achat alors qu’on se fait refuser l’accès aux salles de spectacle. Elle s’inquiète de l’avenir des salles, mais surtout de celui des artistes et des musiciens. 

« Je fais vraiment partie des privilégiés d’encore pouvoir faire ce que j’aime et même d’avoir pu performer pour les Francos. On a pu faire un show virtuel incroyable grâce à toute l’énergie que toute l’équipe a mis là-dedans, mais il faut dire la vérité: les spectacles virtuels vont faire leur temps. La situation ne pourra pas durer éternellement: il va falloir que les salles ré-ouvrent. »

Lorsqu’on la questionne sur ses projets futurs, Ariane ne peut s’empêcher de trouver sa réponse paradoxale. 

Je suis en période de création et j’aimerais beaucoup pouvoir arriver l’an prochain avec un nouvel album en préparation et de nouvelles chansons, mais en même temps, penser au futur pour moi c’est extrêmement flou en ce moment et je crois que c’est le cas pour plusieurs artistes. 

Ariane Roy

Peu importe ce que l’avenir lui réserve, il est évident pour nous que l’autrice compositrice et interprète originaire de Québec, ville qu’elle juge d’ailleurs très florissante d’un point de vue artistique avec des artistes de la relève exceptionnels comme Hubert Lenoir, Les Louanges, Narcisse, etc. et des plateformes de création formidables comme Le Pantoum et l’Ampli de Québec, n’a pas fini de faire parler d’elle et de sa musique qui réchauffe l’âme. Ariane Roy est une femme inspirante, éloquente et qui nous éblouira par son talent pour encore longtemps.

Flavie Boivin-Côté

L'art a toujours fait partie de sa vie. Âme sensible et passionnée de culture, Flavie étudie la création littéraire, les communications et le théâtre aux niveaux collégial et universitaire. Passionnée d'écriture et de théâtre, le journalisme culturel est une seconde nature chez elle.

Précédent

Des épisodes de podcasts québécois à ne pas manquer

Un nouveau « Bijou » signé FouKi

Suivant