Crédit photo :

«C’est comme ça que je t’aime», étoile des 35e Gémeaux

| | ,

Le 35e gala des prix Gémeaux était le premier événement en son genre proprement tenu depuis que la pandémie a frappé le Québec. Si de nombreux doutes planaient à l’approche de la soirée, il s’en est tiré un beau résultat. Mariée à une judicieuse ambiance intime, l’animation de Véronique Cloutier pourrait presque avoir fait oublier aux spectateurs les temps difficiles.

Tout le monde connaît les résultat. Il suffit d’avoir été à l’écoute ou encore d’avoir consulté les grands titres des journaux ce matin. Ce texte se veut plutôt féliciter l’émission s’étant le plus démarqué au cours de la remise des récompenses.

C’est pourquoi notre chapeau est levé pour toute l’équipe de C’est comme ça que je t’aime.

Écrite par François Létourneau – qui incarne par ailleurs le personnage de Gaétan Delisle – et réalisée par Jean-François Rivard, la série dramatique a été sacré meilleure de sa catégorie dans une soirée où les distinctions arrivaient les unes après les autres.

D’abord remarquée par notre équipe pour ses nombreuses nominations au mois de juillet, la série mettant également en vedette Marylin Castonguay (Huguette Delisle), Patrice Robitaille (Serge Paquette) et Karine Gonthier-Hyndman (Micheline Paquette) a été la production la plus récompensée de l’année, à sa toute première saison d’existence.

Aux sept prix qu’elle a remporté au gala des artisans de jeudi dernier, C’est comme ça que je t’aime ajoute a oui, été élue meilleure série dramatique, mais aussi été louée pour les textes de M. Létourneau et la réalisation de M. Rivard.

La dramatique qui sera prochainement reprise en France vole ainsi la vedette à la populaire série policière District 31, qui partait elle aussi avec de bonnes chances de se démarquer comme étoile de la soirée.

William Thériault

William est un véritable passionné d'actualité et d'information. Rêveur se démenant au quotidien, il a le journalisme pour vocation. Couvrir la culture, c'est un moyen de sortir de sa zone de confort.

Précédent

Le film « Nomadland » sacré vainqueur au TIFF

« La Voix » finalement de retour !

Suivant