MIRO : Toujours en retard sur sa vie?

Miro Belzil / En retard sur ma vie
© Miro Belzil / En retard sur ma vie

MIRO : Toujours en retard sur sa vie?

Miro Belzil a commencé à travailler sur l’album En retard sur ma vie en 2018. Aujourd’hui, à 27 ans, ils nous a confié ne plus se sentir aussi en retard, alors que ses airs planants l’ont mené au sommet de la tour du stade Olympique de Montréal, où il présentera virtuellement, ce soir à 19h, le premier spectacle en ce lieu inusité.

« J’ai toujours eu l’impression que je devrais avoir voulu plus. C’est facile de se comparer, y’a tellement de monde de mon âge qui jugent qu’ils pourraient être plus avancés au niveau de la production musicale ou de la carrière, ça met une pression », a répondu l’artiste de Granby quand on lui a demandé ce qui se cachait sous le titre En retard sur ma vie. Miro ne s’accorde pas à la citation, se comparer ne console pas toujours, mais à 27 ans, au top du stade, il se sent où il devrait être.

« Plus je vieillis, plus je réalise que j’ai du temps devant moi, que je suis jeune et que je suis exactement où je devrais être. »

Au premier abord, Miro a trouvé l’idée d’offrir une prestation au sommet du stade très farfelue! L’auteur-compositeur-interprète affirme cependant se sentir bien entouré par son équipe et qu’à force d’en discuter avec son entourage, avec l’administration du stade et avec les partenaires, le projet qui semblait presque impossible va finalement se concrétiser.

Un spectacle à la tour du stade, ça représente énormément de logistique, mais une fois Internet branché au sommet, les permissions de décollage de drones en poche et l’éclairage du mât réglé pour ne pas s’illuminer en pleine performance, tout est planifié au millimètre près pour que la diffusion en direct se déroule avec succès. Un peu fébrile, mais tout de même en confiance, Miro est, du moins, rassuré de ne pas avoir le vertige.

C’est par ses vidéos musicales et/ou humoristiques, présentées sur sa chaîne Youtube ou sur son compte Instagram, que Miro a acquis sa notoriété dans le paysage du web québécois. Malgré sa forte présence sur Internet, à travers ses paroles, le chanteur semble vouloir se détacher du monde des réseaux sociaux. Un retour aux sources afin de proposer du contenu plus authentique, sans se faire aveugler par le nombre d’abonnés en constante augmentation.

« J’essaie d’être le plus personnel possible! C’est peut-être pour ça que je produis un peu moins ces temps-ci… »

Les médias sociaux permettent aux artistes de promouvoir leur travail et même si on accorde souvent trop d’importance aux chiffres, ce sont ces mêmes statistiques qui permettent parfois de faire décoller une carrière artistique. Des chiffres à en perdre la tête, mais Miro considère les réseaux sociaux comme un moteur de créativité, alors que le public décide lui-même du contenu qu’il consomme et que les artistes ont le plein contrôle sur leurs productions.

« Maintenant, c’est vraiment le public qui choisit ce qu’il veut écouter et ce qu’il aime, il n’y a plus vraiment de gatekeeper qui décide si tu franchis la clôture ou pas. »

L’album est sorti en septembre dernier, mais Miro ne compte pas s’arrêter là-dessus! Alors que le stade s’érige en vitrine musicale à la hauteur de son talent, Miro espère arriver à concrétiser ses idées, afin de sortir un nouveau projet en début 2021.

Un prochain album marqué par le confinement, alors que Miro prêtera sa voix au thème de l’incertitude. Pour ce nouveau projet, le chanteur compte écrire des paroles moins mélancoliques au profit d’airs plus légers, mais proposant, comme pour son premier, des rythmes toujours aussi planants.

En attendant le nouvel album, ce soir à 19h, retrouvez Miro et ses invités pour un spectacle virtuel au sommet de la tour du stade Olympique de Montréal. La prestation sera diffusée gratuitement en direct sur Facebook ; c’est un rendez-vous!

Alexis Thériault

Admis en sciences de la communication à l'Université de Montréal, Alexis tente de transmettre son intérêt pour l'écriture et sa fascination pour la culture québécoise à travers des textes journalistiques variés. Touche-à-tout, il ne rate pas une occasion de partager sa curiosité sans borne!

Précédent

Les festivals du Québec pourront reprendre (mais à petite échelle)

J’accuse : Une série de cris du coeur dans lesquels se reconnaître

Suivant