Jean-Carl Boucher présente son nouveau film, FLASHWOOD

FLASHWOOD
© Entract Films

Jean-Carl Boucher présente son nouveau film, FLASHWOOD

Laissant de côté son chapeau de comédien au profit de celui de réalisateur le temps d’un film, Jean-Carl Boucher offrira un beau cadeau aux amateurs de cinéma indépendant québécois prochainement. Son premier film dans un rôle de production – qui porte le nom de FLASHWOOD – sera présenté dans les cinémas de la province à partir du 7 août prochain.

Le studio montréalais Entract Films, responsable de la distribution, a récemment publié la bande-annonce du long-métrage que le site cinoche.com qualifie de « drame ».

Une nouvelle oeuvre à saveur estivale, FLASHWOOD permettra aux spectateurs de retrouver plusieurs visages connus dans le paysage cinématographique québécois, elle qui compte notamment sur la présence de Pier-Luc Funk, Antoine Desrochers, Simon Pigeon, Maxime Desjardins-Tremblay, Laurent-Christophe De Ruelle, Karelle Tremblay, Rose-Marie Perreault, Mehdi Bousaidan, Sophie Nélisse et Martin Dubreuil.

Épaulé à la production par le studio GO Films et par la productrice Nicole Robert, qui l’avait d’ailleurs dirigé sur les plateaux de 1981 (2009), 1987 (2014) et 1991 (2018) alors qu’il incarnait le personnage de Ricardo Trogi, Jean-Carl Boucher a également scénarisé le tout.

Avec FLASHWOOD, celui qu’on connaît également pour son rôle de Diego Molina dans la populaire série jeunesse Tactik espère raconter « l’histoire de plusieurs personnages issus d’une banlieue fictive de Montréal » que le destin décide de réunir à un moment ou à un autre, le tout sur une période de sept ans. Des questionnements sur leurs ambitions, leurs rêves et leurs désirs sexuels seront au rendez-vous.

William Thériault

Passionné d’écriture, il adore produire des textes journalistiques et rencontrer des artistes du milieu. En plus de superviser la production du contenu du site, il couvre avec précision l’actualité culturelle québécoise, tout en s’assurant de fournir le contenu le plus authentique possible aux lecteurs.

Précédent

Reprise de tournage pour Denis Villeneuve

Les Denis Drolet : l’absurdité acclamée à coups de klaxon

Suivant