Dénonciations : Quand la musique grésille

Dessin aquarelle guitare
© Dessin de Mackenzie Sanche / Projection Culturel

Dénonciations : Quand la musique grésille

Les réseaux sociaux ont servi de micro aux victimes de harcèlement ou de violence sexuelle dernièrement, créant un mouvement de dénonciation massif. Commençant il y a quelque jours avec les allégations de Safia Nolin envers Maripier Morin, cette vague continue avec plusieurs grands noms de la culture québécoise. En voici un résumé.

N’ayant pas nié les accusations de Safia Nolin, Maripier Morin a décidé de mettre sa carrière sur pause la semaine passée pour chercher de l’aide en thérapie afin de se concentrer sur sa santé. « Je ne cherche pas à excuser mes gestes et mes paroles, je cherche plutôt à comprendre, et surtout, à trouver l’aide dont j’ai besoin », avait déclaré Maripier Morin dans son communiqué.

Plusieurs entreprises avec lesquelles elle était en partenariat ont décidé de se détacher de la vedette, comme BonLook, Blush et Buick. Bell Média a aussi annoncé sa décision de retirer les séries dans lesquelles Maripier Morin jouait des plateformes Vrak, Z et Crave.

Les figures concernées de la musique québécoise 

Après la tempête médiatique causée par cette dénonciation, d’autres ont pris la parole, ajoutant plusieurs noms à la liste d’accusés. Pour sa part, Yann Perreau a aussi été visé par des allégations d’inconduite sexuelle sur Instagram via la page de dénonciation de violences sexuelles @victims_voices_montreal, et Bonsound a réagi en se dissociant du chanteur.

La même page Instagram a servi de plateforme pour dénoncer le chanteur Bernard Adamus de la maison de disques Dare to Care ainsi qu’Éli Bissonnette, le patron, qui avait fermé les yeux sur les actes d’Adamus. Les deux ont dû quitter la maison de disques après ces accusations et Adamus a fait son mea culpa sur les réseaux sociaux.

David Desrosiers, le bassiste de Simple Plan, était aussi concerné par l’un des témoignages de @victims_voices_montreal et a décidé de quitter le groupe de musique montréalais pour trouver de l’aide pour s’éduquer et pour mieux agir dorénavant.

Après de similaires allégations envers Kevin Parent, son agence, Preste, a largué l’acteur et chanteur en expliquant sur Facebook et Instagram que « [l]es valeurs de respect et de tolérance sont inscrites dans l’ADN de Preste et sont non négociables. Nous condamnons sans réserve toute personne qui s’en éloignerait sous quelque forme que ce soit. »

Pour ce qui est de l’artiste, Parent a répondu aux allégations par une vidéo publiée en ligne.

« Je m’excuse sincèrement si j’ai fait de la peine à des gens. Je vais payer mes dettes en temps et lieu, mais qu’on me dise comment. Je vais continuer d’apprendre et d’essayer de m’améliorer comme personne, comme être humain, et d’essayer de partager ça aussi avec d’autres. »

Kevin Parent

Maybe Watson a été expulsé du groupe hip-hop Alaclair Ensemble dimanche et a aussi demandé pardon sur Facebook, après que le groupe ait été mis au courant d’une « histoire inacceptable » à son sujet.

« J’aimerais présenter mes sincères excuses aux victimes des gestes déplacés qu’on me reproche […] Je demande pardon. Ma conduite a souvent été tout fait déplorable. »

Maybe Watson

Dans la même lignée, Alex Nevsky a publié vendredi sur Instagram le message suivant, qui parle par lui-même.

Par ailleurs, les Disques 7ième Ciel a mis fin à sa relation avec Obia le Chef. Le rappeur a été accusé d’agression sexuelle par Leonie Gray il y a plus d’une semaine. La maison de disques a publié à son tour sur Instagram leur déclaration sur le sujet.

« Nous soutenons toutes les victimes qui ont eu le courage de dénoncer leur(s) agresseur(s) et nous souhaitons sincèrement qu’un changement de paradigme s’opère et que les injustices soient réparées. »

Disques 7ième Ciel

Le monde de la radio dans le doute

Nicolas Leclerc, vice-président ventes et marketing du groupe Leclerc Communications a écrit : « Nous avons immédiatement pris la décision de suspendre temporairement la diffusion des artistes concernés par la vague de dénonciations. » De ce groupe, les deux radios WKND et BLVD ont décidé d’agir en conséquence de cela après plusieurs discussions afin de se distancer des allégations faites envers certains des artistes en collaboration avec eux, sans toutefois automatiquement adhérer à la véracité de l’accusation.

C’est évidemment un sujet qui force les médias et les compagnies de diffusion à marcher sur des œufs. Selon Julie Racine, chef de la promotion de Radio-Canada, explique que « […] Radio-Canada tient à dissocier l’œuvre de l’artiste. Par ailleurs, nous laissons le soin aux équipes de décider de la musique diffusée dans leurs émissions (selon leur mandat). Ce travail de jugement éditorial musical se fait naturellement »

En ce qui concerne les 23 radios du groupe Cogeco, ils n’auraient pas cessé de diffusion en conséquence de la vague de dénonciations jusqu’à maintenant, selon Christine Dicaire, directrice principale communication marketing.

La prise d’action dans le monde radiophonique est plutôt nébuleuse dans le moment, certains groupes ayant décidé de trancher éditorialement tandis que d’autres préfèrent laisser le tout entre les mains de la justice.


Jusqu’ici, une grande partie des artistes ciblés par des allégations ont fait leur mea culpa ou ont pris une pause pour tenter de chercher de l’aide et de se réadapter, comme mentionné plus haut. Plusieurs maisons de disques, compagnies de diffusion et entreprises de publicité se sont distancées des artistes concernés, soulignant fréquemment dans leurs communiqués que c’est tolérance zéro au harcèlement et à la violence sexuelle chez eux. Comme ça devrait l’être partout dans notre société.


Voici quelques liens de soutien envers les victimes d’agressions sexuelles:

https://www.quebec.ca/famille-et-soutien-aux-personnes/violences/agression-sexuelle-aide-et-ressources/organismes-d-aide-aux-victimes/

http://www.scf.gouv.qc.ca/index.php?id=115

http://www.rqcalacs.qc.ca/liens-utiles.php

Mackenzie Sanche

Une amoureuse des arts, de l'écriture, de la photographie et de la vidéo, sans oublier des animaux et de la nature, Mackenzie vient tout juste de terminer ses études collégiales en journalisme et continue son parcours à l'Université Concordia. Elle cherche tout simplement à vivre de ses passions et à relever de nouveaux défis.

Précédent

Le retour d’Un souper presque parfait

Sports et divertissements | Quand la jeunesse rencontre la démesure

Suivant