Y’a du monde à messe effectue son retour à la télé ce vendredi

Y'a du monde à messe
© PHILIPPE-OLIVIER CONTANT

Y’a du monde à messe effectue son retour à la télé ce vendredi

Après une absence exceptionnelle en raison de la pandémie de la COVID-19, l’émission Y’a du monde à messe effectuera son retour à la télévision ce vendredi, le 5 juin à 21h.

Télé-Québec a aujourd’hui annoncé que l’animateur Christian Bégin ainsi que son équipe seront de retour dans les écrans des Québécois après avoir indiqué il y a de cela quelques semaines que les tournages de la programmation pouvaient reprendre, du temps où les mesures en place se sont quelque peu allégées.

Comme l’explique l’info-lettre de la chaîne, « ce retour n’est pas que passager, il se poursuivra à l’automne ». C’est-à-dire que la COVID-19 n’aura en bout de ligne pas empêché le tournage ni la diffusion du programme à long terme, ce qui est une bonne nouvelle pour les amateurs de la série.

L’édition de ce vendredi rassemblera au sein de l’ancienne église et maintenant hôte du Théâtre Paradoxe l’animatrice Marina Orsini, l’ancien politicien Luc Ferrandez, le vulgarisateur scientifique Olivier Bernard (mieux connu sous le pseudonyme Le Pharmachien) et la jardinière Marthe Laverdière. Le populaire chansonnier Émile Bilodeau se chargera des segments musicaux.

Quelques détails de l’émission seront modifiés pour respecter les normes. On passe de cinq à quatre invités en plus d’exiger une distance minimale de deux mètres entre chaque personne, qu’ils soient des invités ou des membres de la chorale.

Télé-Québec y promet des « conversations inspirantes, des révélations étonnantes et des confessions amusantes. »

William Thériault

Passionné d’écriture, il adore produire des textes journalistiques et rencontrer des artistes du milieu. En plus de superviser la production du contenu du site, il couvre avec précision l’actualité culturelle québécoise, tout en s’assurant de fournir le contenu le plus authentique possible aux lecteurs.

Précédent

Des bonnes nouvelles pour la culture québécoise

Dany Laferrière : Une plume comme il ne s’en fait pas beaucoup

Suivant