Vu d’ici: l’introspection du lecteur devant son écran

Livre Vu d'ici
© Radio-Canada

Vu d’ici: l’introspection du lecteur devant son écran

Vu d’ici de Mathieu Arsenault, c’est une critique de comment la télévision est entrée dans nos salons et comment elle finit par nous étourdir, voire nous engourdir. En moins de 100 pages, l’oeuvre d’Arsenault arrive à mettre le doigt sur une dépendance invisible. C’est une réflexion pessimiste et satirique, qui est ponctuée de références télévisuelles et agrémentée d’une pincée d’humour noir

«Je ne suis pas Michel Couillard. C’est cool carrément buzzant c’est fou c’est même trippant. watatow, watatow, wat the fuck que ma vie est tissée d’événements tellement plates que ça ne pourrait jamais passer nulle part […]»

Le style d’écriture est celui de l’écriture automatique, qui passe d’un sujet à l’autre. Très étourdissant, mais qui n’est pas laissé au hasard. Ce style représente le changement de chaîne très rapide que l’on fait lorsqu’on écoute la télévision. On passe d’une émission à l’autre sans vraiment écouter le contenu. D’ailleurs, bien que le livre date de 2008, ce qui est intéressant, c’est que celui-ci amène à une introspection chez lecteur. Le téléphone intelligent est devenu le téléviseur dont il est question dans le récit. 

Effet miroir

Écrit au «je», ce roman fait étrangement penser au roman 99 Francs de Frederic Beigbeder, dans lequel le lecteur se sent ridicule parce qu’il est placé devant un portrait de lui-même. Dans Vu d’ici, on suit le personnage à travers son quotidien tout à fait ordinaire et abrutissant, mais qui toutefois rappelle ces moments d’ennui intense que l’on vient à vivre devant nos écrans. 

«[…] j’arrive de travailler j’ouvre la télé je me fais dégeler un truc je le mets dans l’assiette je le mange […] j’ai les yeux qui brûlent d’eux-mêmes du feu sacré de la télé mon seul chemin est celui qui mène du salon à la salle de bain à la cuisine et au salon pop corn nachos corona je dévore sans penser les nouvelles les documentaires-chocs les événements spectaculaires et les scandales les plus hots. »

La brillance de l’écriture réside également dans le double discours critique que tient l’auteur. Il critique la télévision tout en associant la nourriture, par connotations et métaphores. 

Pour profiter au maximum de cette lecture, je conseille de prendre le temps de s’attarder à toutes les références en les surlignant au fur et à mesure. Parfois, elles sont plutôt discrètes! 

Une collaboration de Marie-Pier Lebrun

Projection Culturel

Projection Culturel est une entreprise médiatique qui a pour objectif de mettre de l’avant les différents artistes de chez nous. Ce site web culturel vous permettra d’en apprendre davantage sur le monde du showbizz et sur vos artistes préférés!

Précédent

Des grands classiques sur Tout.TV

Retour sur la Cérémonie des générations

Suivant