Retour sur la Cérémonie des générations

Stéphane Crête
© Josie Desmarais / Métro

Retour sur la Cérémonie des générations

C’est ce dimanche après-midi qu’a eu lieu la première édition virtuelle de l’annuelle Cérémonie des générations, un événement en hommage aux aînés et aux proches défunts, présenté en direct sur Facebook.

Chaque année, plusieurs centaines de personnes se rassemblent au Jardin des mémoires Alfred Dallaire Memoria, afin d’honorer le passage des générations et pour offrir une pensée à ceux qui sont parties trop tôt. Face aux mesures de distanciation sociale actuelles, les organisateurs de l’événement se sont adaptés pour diffuser la cérémonie en ligne.

Très enthousiaste à l’idée d’offrir un moment de réflexion et de soutien aux personnes endeuillées, c’est le comédien et célébrant Stéphane Crête qui a assuré l’animation de la cérémonie.

Après une brève présentation du programme par l’animateur, l’auteur-compositeur-interprète  Martin Léon s’est joint à l’événement avec une prestation riche en émotions. Guitare en mains et décor aux chandelles, c’est tout en douceur que le musicien a interprété Je redeviens le vent, une pièce composée à la mémoire de sa mère.

Ensuite, en guise de transition, Stéphane Crête a récité un poème de Charles Péguy, soulignant le chemin qu’ont traversé ceux qui étaient là avant nous. Après cette introduction, c’est sous la Sérénade de Franz Schubert que le poète Rodney Saint-Éloi s’est appliqué à la lecture de son texte Je suis la fille du baobab brûlé. Une lecture au ton profond et à l’accent haïtien envoûtant, mettant en valeur l’oeuvre qui a valu à son auteur une nomination au prestigieux Prix littéraire du Gouverneur général, en 2016.

Puis, la cérémonie s’est poursuivie avec la plantation d’un arbre, un geste symbolique pour exprimer la sensibilité de tous concernant la crise sanitaire. Chaque printemps, le magnolia jaune fleurira, rappelant la résilience dont ont fait preuve de nombreuses familles au cours des derniers mois. L’animateur a ensuite invité ceux qui assistaient à la cérémonie en direct à aller écrire un petit mot en hommage à un être cher, sur le site du complexe funéraire. Les messages seront projetés, tout au long des prochains mois, sur les murs du Mausolée Saint-Martin, à Laval.

La Cérémonie des générations a su montrer la solidarité du peuple québécois en présentant le travail de plusieurs photographes, un instant de détente sous les aires de Saudade, une composition musicale signée Maxence Debacker.

À la suite d’une minute de silence et du passage réconfortant du diacre et célébrant Daniel Théorêt, l’actrice Béatrice Picard a fait l’inspirante lecture d’un extrait de « La lumière immaculée » de Longchenpa et a récité la prière de Saint-François d’Assise.

«Le chemin du deuil peut être ponctué de plusieurs petits moments rituels et je vous invite à ne pas les sous estimer »

– Stéphane Crête, animateur de l’événement

Pour conclure la cérémonie, un trio de musiciennes de l’Orchestre symphonique de Laval s’est livré à la poignante interprétation du classique de Bach/Gounod, Ave Maria.

Pour voir ou revoir la Cérémonie des générations, c’est un rendez-vous sur le site web d’Alfred Dallaire Memoria et/ou sur leur page Facebook.

Alexis Thériault

Admis en sciences de la communication à l'Université de Montréal, Alexis tente de transmettre son intérêt pour l'écriture et sa fascination pour la culture québécoise à travers des textes journalistiques variés. Touche-à-tout, il ne rate pas une occasion de partager sa curiosité sans borne!

Précédent

Vu d’ici: l’introspection du lecteur devant son écran

Liste des prix du Festival Émergence «en confinement»

Suivant