Le défi de taille de Karl-Antoine Suprice

Karl-Antoine Suprice / Pour toujours plus un jour
© Pascal Plante / Pour toujours plus un jour

Le défi de taille de Karl-Antoine Suprice

Au courant de la dernière année, Karl-Antoine Suprice a gagné beaucoup d’expérience avec des présences marquées dans les différentes séries québécoises. C’est par La Dérape, La vie compliquée de Léa Olivier, en passant par 5e rang et Pour toujours plus un jour que le comédien trace son chemin dans le milieu télévisuel.

Interprétant le rôle de Sacha dans la série La Dérape présentée sur Club Illico, le principal intéressé s’est dit très heureux de cette chance que lui a accordé le réalisateur Christian Laurence. « L’expérience était vraiment géniale. J’ai fait des rencontres incroyables. Christian est rendu aujourd’hui un de mes bons amis. Je suis vraiment reconnaissant de la chance qu’il m’a donné avec le rôle de Sacha », a-t-il souligné.

© Christian Laurence / La Dérape

Au-delà de l’expérience, c’est des moments inoubliables et des nouvelles amitiés indéniables qu’a pu tisser Karl-Antoine avec ses partenaires de jeu. « Les journées de tournages nous ont permis de créer des moments géniaux tous ensembles. J’étais un peu moins présent dans la saison trois, c’est dommage, mais les deux autres saisons m’ont permis de créer de super beaux liens », a expliqué le comédien.

« Il y a eu plusieurs beaux moments, mais mon moment marquant est dans la deuxième saison. Toutes les scènes qui attraient à la fameuse décapotable, c’est imbattable et ils resteront marquantes à toujours pour moi. La scène avec Julia [Camille Felton], lorsqu’on part en « roadtrip » et qu’on arrête au pommier, c’était magique! C’était juste vrai, j’étais seul avec Camille, accompagné du caméraman dans le taxi et on faisait juste rouler et s’amuser. Le fun qu’on a eu dans la scène est le même qu’on retrouve à l’écran. »

Karl-Antoine Suprice
© Christian Laurence / La Dérape

L’interprète dit ne pas avoir eu à faire le deuil de son personnage tellement que les liens tissés lors des tournages seront gravés pour toujours. « Mon deuil s’est fait graduellement sur les trois saisons. J’étais très présent dans la première saison, un peu moins dans la deuxième et très peu dans la troisième », a expliqué Karl-Antoine.

« Mes collègues de travail sont maintenant rendus mes amis. Je dirais que le deuil s’est transmis de Québec à Montréal. Je dirais même que je n’ai pas vraiment à faire de deuil parce qu’encore aujourd’hui, Simon Pigeon et Camille Felton, on se voit très souvent. La Dérape me suit partout. »

Karl-Antoine Suprice
© Christian Laurence / La Dérape

Incarnant le personnage d’Alex, dans la récente série La vie compliquée de Léa Olivier, ce dernier avait des mots assez uniques pour décrire l’expérience de tournage qui régnait à Ottawa au mois de septembre dernier.  « Pour réaliser tout ça, ça prend un chef d’orchestre et pour nous, c’est Martin Cadotte. On a eu quelques répétitions, donc on a eu l’occasion de tisser des liens avant même que le tournage commence. Il y a énormément de facteurs qui rendaient ce tournage unique », a expliqué Karl-Antoine.

© Martin Lipman / La vie compliquée de Léa Olivier

« L’ambiance était vraiment unique. Je prends exemple d’un tournage qui se déroule à Montréal, quand la journée de tournage se termine, tous les acteurs vont rentrer chez eux. À Ottawa, c’était différent parce qu’au lieu de rentrer chez nous, on retournait à l’hôtel. On était toujours ensemble, ce qui nous permettait de tisser des liens encore plus forts. On pouvait même répéter par nous-mêmes dans les chambres. »

Karl-Antoine Suprice

C’est sans surprise que les tournages de Pour toujours plus un jour ont été très prenants pour le comédien de 22 ans. Néanmoins, il n’a pas caché son envie de retrouver ses amis sur le plateau de tournage, dès que ces derniers reprendront. « Pier-Luc Funk et Catherine Brunet, c’est deux comédiens que j’admire énormément. D’avoir cette opportunité-là de jouer avec eux, c’est une grande tape sur l’épaule et ça me donne juste envie de continuer ! », a-t-il souligné.

« Il n’y a aucun mot pour décrire à quel point j’ai eu du plaisir à tourner cette série-là. Le fun qu’on a eu et l’amour qui se partageait sur ce plateau, c’est unique. »

Karl-Antoine Suprice
© Pascal Plante / Pour toujours plus un jour

« Je m’excuse pour tout, mais c’est le meilleur plateau que j’ai fait dans ma présente carrière. L’expérience était inoubliable et le résultat en parle. »

Karl-Antoine Suprice

Cette complicité remarquable qu’on retrouvait à l’écran entre Pier-Luc et Karl-Antoine n’était pas une sorte d’hasard. Autrement dit, les deux acteurs ont eu un plaisir remarquable à tourner les scènes. « Toutes les scènes avec Pier-Luc font partie de mes moments marquants de la série. On a énormément improvisé et au final, ce fut payant parce qu’il y a beaucoup de moments d’improvisations qui ont été gardé au montage final », a rajouté le comédien de 22 ans.

« Une scène qui m’a fait particulièrement rire, c’est quand Benji [Rémi Goulet] nous apprend qu’il veut reprendre la compagnie et qu’il arrive en patin à roulette. J’étais mort de rire, je ne m’en pouvais plus. Il y avait aussi la scène qui se déroule tôt dans le tournage quand Pier-Luc nous apprends qu’il va mourir. C’était vraiment spécial parce que tout le monde était triste et il y avait une énergie vraiment géniale qui se dégageait. »

Karl-Antoine Suprice

Un défi de taille

Avec ses différentes présences, c’est à un défi assez inhabituel qu’a fait face Karl-Antoine avec non seulement trois, mais quatre plateaux assez importants qui se chevauchait les uns après les autres. Malgré tout, il s’est dit plus que fier du travail accompli dans la dernière année. « Le tournage de Pour toujours plus un jour à Montréal en avant-midi, suivit de La vie compliquée de Léa Olivier à Ottawa en après-midi, enchaîné avec avec La Dérape à Québec le surlendemain tout ça avec 5e rang », a-t-il rajouté.

« J’espère que j’ai réussi! Ce n’est pas quelque chose de facile, mais au final, je suis tellement content! Je n’ai jamais autant utilisé mon auto et fait autant de kilométrages, mais on est tellement passionné qu’on est heureux de le faire. »

Karl-Antoine Suprice

Passionné et motivé, tout porte à croire que Karl-Antoine Suprice est voué à une très belle carrière dans le milieu télévisuelle québécois.

Jean-Simon Marchand

La culture québécoise, c’est sa passion. Que ce soit en musique, humour, télévision ou même cinéma, Jean-Simon est toujours présent lorsqu’il s’agit de quelque chose touchant le monde artistique québécois. Passionné par le monde du showbizz, il ne fait que transmettre ce qui le passionne.

Précédent

Remise de prix l’édition en confinement du Festival Émergence

Ce soir on char! : Le nouveau festival d’humour à Saint-Eustache

Suivant