La dérape : les derniers tours de piste

Samuel Gauthier et Camille
© Québecor contenu

La dérape : les derniers tours de piste

Après des centaines de tours effectués à bord d’un go-kart au cours des deux premières saisons de La dérape, Julia Samson, interprétée encore à merveille par Camille Felton, s’attaque aux grandes ligues dans la troisième et dernière saison, présentée en exclusivité aux membres de Club illico.

C’est donc dire que l’aventure avec les petites autos est terminée, il est maintenant temps de passer aux gros bolides ! C’est dans une Nissan Micra que Julia Samson effectue ses derniers tours de piste dans la série.

Une seule chose motive encore Julia : réussir à creuser l’écart avec ses adversaires afin de poursuivre son rêve de devenir pilote professionnelle. Ses grandes ambitions, son caractère et sa capacité à faire à sa tête en dérangent plus d’un dans l’ensemble des dix derniers épisodes de la série.

Julia fait face à beaucoup d’adversité. Cherchant une solution pour jongler avec les nombreux défis qui se présenteront devant elle comme le divorce officiel de ses parents (Sébastien Delorme et Hèlène Forget), une rivalité qui ne se fera pas sans accroc et des coups de cochon qu’elle ne verra pas arriver. La saison 3 forge son vécu et la rend plus forte.

Elle est entourée du même groupe d’amis composé de Cathie, Sacha et Émilie, campés par Romane Denis, Karl-Antoine Suprice et Ludivine Reding. La fin du secondaire aura mis des bâtons dans les roues du groupe et une nouvelle viendra chambouler leur vie, je n’en dis pas plus !

Avec une distribution principale inchangée, vous retrouverez encore les mêmes personnages pour auxquels votre cœur s’était attaché aux cours des saisons précédentes.

La famille St-Pierre, qui a pavé la voie pour Julia dans le monde de la course automobile, est encore au cœur du succès de cette série palpitante. La relation amoureuse de la jeune femme avec Alex Saint-Pierre (Samuel Gauthier) connaîtra des remous, alors que le couple réunissant Rick Saint-Pierre (Guy Jodoin) et Sandra Lemieux (Marie Turgeon), qui avait connu une saison 2 éprouvante, veut s’attaquer à des nouveaux défis loin du bitume dans la saison 3. Pour finir, vous aurez de la difficulté à reconnaître Matt, joué par Maxime Gibeault. Sorti grandi de la saison 2, en étant spirituellement plus stable et bien appuyé par son employeur, le personnage joué par Rabah Ait Ouyahia vous surprendra du début à la fin.

Pour cette dernière saison, l’équipe a fait de la place à des nouveaux personnages, dont Michel Barrette, qui est remarquable dans le rôle d’un entraineur et évaluateur très grincheux, mais inculque beaucoup de sagesse, qui permettra à Julia d’acquérir sa licence de pilote professionnelle. Madelein Péloquin joue, pour sa part, une femme d’affaires qui aura un impact important sur le parcours de Julia.

Michel Barrette et Camille Felton
© Québecor contenu

De façon bien personnelle, il n’y a aucun doute, ce drame familial est encore une fois un franc succès. Mais une chose saute aux yeux en terminant la série : l’audace de faire une série tournant autour des dessous de la course automobile et le budget trop maigre octroyé aux réalisateurs Christian Laurence et Richard Lacombe pour tourner la série (leur permettant de faire uniquement dix épisodes) nous laissent encore un peu sur notre faim. Cette série, depuis le jour un, avait le potentiel d’être une série qui revenait semaine après semaine dans les télévisions des Québécois, laissant donc l’espace suffisant pour maximiser l’élaboration des intrigues. Dix épisodes ne sont pas suffisants… Les intrigues passent à vitesse grand V ou autrement dit à la vitesse d’une monoplace de F1 qui roule à plus de 300 km/h dans la ligne droite du Circuit Gilles-Villeneuve. On ne les voit pas passer!

Une intrigue qui pourrait s’étendre sur plusieurs épisodes est forcée d’être condensée, se déroulant et se terminant en quelques minutes. Cela dit, Christian Laurence et Richard Lacombe ont réussi à faire des miracles et à offrir une série de grande qualité malgré tout et peuvent se dire mission accomplie puisque cette série manquera à beaucoup de Québécois.

À l’approche du retour de la Formule 1, qui se fera le 5 juillet prochain en Autriche, la saison 3 de La dérape peut être une solution pour ceux qui attendent impatiemment.

La dérape est disponible sur Club illico depuis le 4 juin.

Marc-André Fortin

Véritable passionné de la culture québécoise, Marc-André voit dans ce projet, une chance de pouvoir transmettre un peu de sa passion à toute personne qui s’y voit intéressée. Que cela passe par les séries télévisées, les chansons québécoises ou les humoristes, il aimerait que les jeunes se reconnaissent et s’accrochent à ce qui est fait ici.

Précédent

Une édition historique pour le Téléthon Opération Enfant Soleil

Roxane Bruneau : Une lutte contre la violence

Suivant