Dany Laferrière : Une plume comme il ne s’en fait pas beaucoup

Dany Laferrière
© Radio-Canada

Dany Laferrière : Une plume comme il ne s’en fait pas beaucoup

En lien avec la tuerie de George Floyd aux États-Unis et avec le mouvement de protestation mis en place au sein de la population mondiale, l’équipe de Projection Culturel ne peut passer sous le silence les actions survenues au cours des derniers jours. En signe de soutien envers les minorités visibles, trop souvent victimes d’injustices raciales, nous aimerions souligner l’apport de ceux-ci au sein de notre communauté. C’est pourquoi, aujourd’hui, nous allons adapter notre couverture quotidienne en vous offrant cet écrit sur l’un des pionniers de la littérature québécoise et un homme de grande importance plus près de chez nous, M. Dany Laferrière.

Natif de Port-au-Prince, en Haïti, Dany Laferrière, alias Windsor Klébert Laferrière fils, a vu le jour le 13 avril 1953. Fils d’un homme politique, journaliste et syndicaliste qui a oeuvré à la mairie et quitté le pays dans le cadre de ses fonctions, c’est sous la garde de sa grand-mère que le jeune Dany Laferrière a fait ses premiers pas.

Après un passage marquant chez sa grand-mère, femme qui l’inspirera quelques années plus tard lors de la rédaction de ses premiers écrits, Dany Laferrière poursuit son parcours académique en Haïti auprès de sa mère. Un autre tragique événement force l’homme à changer drastiquement sa route : la mort d’un de ses collègues journaliste, Gasner Raymond, assassiné par des membres de la milice paramilitaire. Craignant de faire partie de cette vague d’exécution pour son rôle à titre de chroniqueur culturel dans son pays natal, il décide de rebrousser chemin au Québec à 23 ans, en quittant sa terre natale, sans même avertir ses proches.

Photo : AFP / MIGUEL MEDINA

Un changement de cap qui se passe au Québec

En plus de se sauver d’une possible mort comme celle de son bon ami de l’époque, Dany Laferrière a profité de son passage en sol montréalais pour accroître sa passion pour l’écriture dans un nouvel environnement. 

Pendant près d’une dizaine d’années, suite à son arrivée, l’immigrant bien connu aujourd’hui pour ses nombreuses œuvres littéraires a partagé son temps entre son habitation du coin Saint-Denis, différentes usines où il amassait de quoi payer pour ses dépenses quotidiennes tout en gardant du temps pour satisfaire sa soif de littérature.

La réelle ouverture de M. Laferrière envers le monde extérieur s’est déroulée en novembre 1985, alors que l’écrivain a publié son premier roman « Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer », roman qui connaîtra un succès monstre autour du globe, jusqu’à la reprise de ce classique littéraire au cinéma par le réalisateur Jacques W. Benoît en 1989.

Ce succès littéraire est le premier pas vers l’immense carrière d’un écrivain qui aura reçu au terme de son périple d’immenses distinctions telles que le Prix Médicis en 2009 pour son roman L’Énigme du retour et son intronisation à l’Académie française en 2013, qui rassemble les personnalités (poètes, romanciers, historiens, scientifiques, etc.) qui ont illustré la langue française de la plus glorieuse des façons à l’intérieur de leurs œuvres.

En plus de l’écriture de ces œuvres littéraires, les plus adeptes partisans de l’écrivain haïtien connaîtront les succès incontestés des romans Pays sans chapeau (1996), L’odeur du café (2014) et tout récemment l’Autoportrait de Paris avec chat (2018), qui font à ce jour partie du répertoire littéraire à ne pas manquer de l’auteur.

Un épisode marquant et effrayant

Détenteur de sept doctorats, Dany Laferrière a l’une des histoires les plus nourries des dernières années et peut facilement être reconnu comme un fleuron de l’histoire du Québec dans le domaine de la littérature.

L’année 2010 a particulièrement été pénible pour tous les membres de la communauté Haïtienne, avec le tremblement de terre en du 12 janvier 2010. Il se trouvait d’ailleurs en Haïti au moment de l’événement. Rassurant ses proches qu’il avait évité le pire lors de ce séisme, il rentre au bercail quelques jours plus tard et se met à la rédaction de Tout bouge autour de moi, un ouvrage qu’il va dédier du début à la fin sur la façon dont ce dernier a vécu les tristes jours de ce terrible événement qui l’aura marqué à jamais.

Évidemment, lorsqu’on pense à Dany Laferrière, on pense à bien plus qu’une immense plume et un écrivain à part entière, mais plutôt à un Homme qui porte avec lui un bagage d’expérience phénoménal, ainsi à un modèle pour tous avec sa prestance diplomatique, que peu peuvent se vanter d’avoir.

Ce n’est pas un fruit du hasard si le nom de Dany Laferrière vous sonne une cloche et qu’il est également un des préférés au sein du monde des arts et de la littérature. Les artistes qui ont eu la chance de côtoyer ce grand homme sont unanimes à son égard : il est unique, authentique et mérite entièrement les nombreuses mentions à son actif.

« Dany, c’est quelqu’un qui dit exactement ce que tu veux dire, mais en mieux »

Émilie Bibeau

Jean-Philippe Doucet

Oeuvrant dans le domaine sportif depuis maintenant plus de trois ans, Jean-Philippe tente de joindre sa passion des communications pour en faire profiter le domaine culturel ! En plus de son bagage dans le domaine sportif, Jean-Philippe est actuellement étudiant en sciences de la communication à l'université de Montréal et a un intérêt marqué pour le showbizz québécois.

Précédent

Y’a du monde à messe effectue son retour à la télé ce vendredi

Retour de l’orchestre à la Maison symphonique de Montréal

Suivant