Un retour sur la carrière pérenne de Renée Claude

Renée Claude
©Jean-Pierre Karsenty / Radio-Canada

Un retour sur la carrière pérenne de Renée Claude

Renée Claude, une artiste de grande classe qui laisse derrière elle un héritage fantastique pour l’ensemble du milieu artistique québécois. Par sa prestance et son audace, elle a réussi à se faire connaitre au Québec, autant qu’elle a pu nous rendre fiers d’être québécois. C’est non seulement une grande âme qu’on perd, mais aussi une grande militante. Le 12 mai 2020, elle nous quitte pour aller vers de meilleurs cieux après tant d’années à marquer l’histoire.

« Ce que Renée Claude a apporté à la chanson québécoise est éternel », dit François Dubé, le pianiste et fidèle complice de la vénérable chanteuse pendant plus de 30 ans. Il y a très peu de carrières aussi grandioses que celle de Renée Claude. « Tu entrais sur scène et, d’un coup, le monde semblait moins vulgaire ; ton économie de gestes était un art, ton sourire, un puissant attractif », dit André Ducharme, un ami de la grande artiste. « Tu es et resteras la merveilleuse femme de rêve, cette chanteuse exceptionnelle qui changeait la norme de la chanson du Québec dans son souffle contemporain », ajoute l’affectueuse Diane Dufresne, une intime de la défunte.

Pendant toute sa vie, elle incarne les changements positifs de la société québécoise. Avec sa grande prestance, Renée Claude est d’ailleurs une figure marquante du féminisme au Québec. C’est elle qui a su tracer le chemin pour une génération complète de chanteuses. C’est également la première femme au Québec à avoir atteint le sommet des palmarès avec des chansons à l’essence québécoise.

Ses premiers pas dans le milieu artistique

La native de Montréal fait ses preuves dans le métier très tôt. Après une enfance passée à apprendre les rudiments de l’art dramatique et du piano, elle fait ses débuts à la télévision en 1960 au début de sa vingtaine. Elle interprète un rôle dans l’émission Chez Clémence sur les ondes de Radio Canada. Pour ce qui est de son parcours sur scène, elle se fait d’abord connaître en interprétant des titres d’artistes avec lesquels elle aura la chance de collaborer plus tard dans sa carrière. En commençant par des artistes français, elle se tourne ensuite vers des artistes québécois. Après qu’elle ait interprété plusieurs de ses titres, Jean-Pierre Ferland la prend sous son aile et l’aide à faire une entrée remarquée dans le monde de la chanson québécoise.

Ses années glorieuses

En 1963, elle signe son premier contrat avec l’agence Sélect. Pour commencer le tout, son premier album contient notamment le titre La Marquise Coton, une chanson écrite par Jean-Pierre Ferland et le pianiste Pierre Brabant. C’est à ce moment que sa carrière est officiellement lancée. Pendant son beau parcours avec Sélect de 1963 à 1966, elle accumule de nombreux honneurs, fait plusieurs concours à l’international et sort quatre albums qui sont encore très écoutés à ce jour. En plus de ces faits d’armes, Renée Claude anime une émission de radio aux côtés d’Hubert Loiselle en 1965, fait de nombreux spectacles à travers les théâtres du Québec et voit la boîte à chansons Le Patriote créer un trophée à son nom (pour l’interprète s’étant le plus distingué au cours de l’année).

En 1967, la chanteuse se joint à l’agence Columbia où elle connaîtra d’excellents moments. Elle continue de faire le tour du Québec, mais elle a cette fois-ci l’honneur de le faire aux côtés de Jacques Brel. Renée Claude connaît également un succès monstre avec son premier album avec Columbia. C’est dans cette lancée impressionnante, qu’elle se fait inviter au Tonight Show, un privilège hors de l’ordinaire pour une artiste québécoise, et qu’elle remporte le trophée de la meilleure interprète au Gala des artistes pendant trois années consécutives de 1968 à 1970.

De 1968 à 1974, Renée Claude est associée à la maison de disques Barclays. C’est à ce moment que sa carrière prend réellement des proportions démesurées. En effet, en plus de collaborer avec le distingué écrivain Stéphane Venne pour Donne-moi le temps, la chanteuse compose de nombreux titres populaires comme l’immortel titre Le Début d’un temps nouveau et sort six albums en seulement 6 ans. Pendant ce temps, elle travaille également avec Michel Conte, en plus de faire le tour du monde en participant à plusieurs festivaux de grande envergure en Grèce, au Japon, en Russie et au Venezuela.

Maintenant au sommet de sa popularité, la grande Renée Claude lance deux autres albums avec London et un autre album avec Les Disques Solset de 1975 à 1979.  Dans ses années marquantes, elle fait notamment partie de plusieurs distributions de la Fête nationale du Québec, elle se produit sur le Mont Royal en compagnie de Jean-Pierre Ferland et elle présente plusieurs spectacles à la Place des Arts.

Ses années hommages

Le reste de carrière se caractérise par la sortie de plusieurs compilations de reprises et plusieurs spectacles commémoratifs. Renée Claude profite de ce temps pour rendre hommage aux artistes qu’elle aime afin de les remercier. Elle en profite également pour prendre le temps de vivre sa passion du théâtre. Grâce à son talent indéniable, elle finira par collaborer avec le célèbre Michel Tremblay en plus de participer à l’opéra de Nelligan. Un ajout à son épopée qui ne fera que confirmer de manière encore plus forte son impact dans la société québécoise et son statut indéniable de pionnière dans le monde contemporain.

En conclusion, on peut donc affirmer avec toute franchise que Renée Claude est une des artistes qui aura le plus marqué la culture québécoise. En ayant collaborer avec les plus grands (Venne, Plamondon, Gauthier) en plus de rendre hommages aux plus grands (Ferré, Desrochers, Brassens), cette femme en est une dont on se souviendra pour toujours.

Jean-Sébastien Lecomte

Étudiant à HEC Montréal, Jean-Sébastien est d’abord et avant tout un passionné de l’industrie de la communication. Son attachement au monde culturel a débuté par son intérêt marqué pour le cinéma québécois. La carrière qu’il envisage alliance autant les affaires que le journalisme.

Précédent

Noms fictifs : une rencontre théâtrale virtuelle

Sucré salé dévoile sa date de retour et son équipe pour l’été

Suivant